Mise en œuvre du Programme de Renaissance dans la région de Tahoua : Sous le signe de la concrétisation des promesses faites

Après sa réélection en 2015, le rrésident de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, s'est résolument engagé à concrétiser les promesses faites au peuple nigérien dans son programme électoral dénommé programme de renaissance acte II, un nouveau socle de conduite pour l'émergence du Niger et cela en dotant le pays d'un système de bonne gouvernance en assurant de façon résolue la sécurité des personnes et de leurs biens, en bâtissant un cadre favorable à l'atteinte d'une sécurité alimentaire durable à travers l'initiative 3N, en s'appuyant sur les investissements des infrastructures socio-économique, en œuvrant pour une amélioration continue des services de santé, éducation et du secteur rural.

Dans la région de Tahoua, plusieurs responsables témoignent. Le Gouverneur de la région de Tahoua, M. Moussa Abdourahmane dans un entretien dans le cadre du bilan de l'an 3 du deuxième mandat du Président de la République, évoque ainsi quelques réalisations phares enregistrées dans la région dans la mise en œuvre du Programme de la renaissance acte II du Niger initié par le Président de la République.

Selon le Gouverneur, M. Moussa Abdourahmane, « dans le domaine de la gouvernance, les plus hautes autorités de ce pays ont donné le maximum de moyens pour mettre les autorités administratives et coutumières dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, les communes de la région de Tahoua sont beaucoup plus actives parce que la décentralisation devient de plus en plus une réalité. Dans le domaine de l’agriculture, cette année, la saison était très bonne mais, après cette bonne saison, les autorités ont mis en place des mécanismes d’appuis aux producteurs en semences et en intrants agricoles ; d’importants barrages hydro-agricoles ont été réalisé : il s’agit du barrage de Téguéléguelt, du barrage de Guidan Magagi et le barrage de Anekar, soit des milliers de mètres cube d’eau qui sont retenus pour permettre aux producteurs, aux agriculteurs et aux éleveurs d’exploiter des terres ».

Dans le domaine hydraulique, plusieurs forages et plusieurs mini adductions multi villages ont été réalisés avec l’appui de nos partenaires, poursuit M. Moussa Abdourahmane qui ajoute : « dans le domaine de l’élevage, l’Etat a mis suffisamment d’aliments pour bétails à la disposition des éleveurs. Aujourd’hui, la zone nord pastorale, à savoir Tchinta, Abalak, Tassara et Tillia, ont au-delà de ce qu’ils avaient en 2018 comme stock d’aliments pour bétail ».

Pour Moussa Abdourahmane, «dans le domaine de la sécurité, la région de Tahoua vit dans une certaine quiétude ; nous ne pouvons pas dire que l’insécurité est éradiquée totalement mais nous sommes confiant ».

Dans le cadre de la modernisation des villes, Tahoua a bénéficié de la fête tournante Tahoua Sakola ; aujourd’hui, Tahoua sakola est resté dans la mémoire des adérawas parce que tout simplement la ville de Tahoua est totalement changée et est devenue une ville coquette, et ça fait partie de la fierté régionale mais au-delà la fierté nationale, a souligné le gouverneur de la région de Tahoua Moussa Abdourahmane.

Ainsi, dans le cadre de la concrétisation des promesses faites à la population de l’Ader contenues dans le programme phase II du Président de la République, d’importantes réalisations ont été enregistrées dans plusieurs domaines dont entres autres: Agriculture, Elevage, santé, Education, Hydraulique, environnement, économie, etc.

Ainsi, en ce qui concerne les interventions phares au niveau du secteur de l’agriculture, selon le directeur régional de l’agriculture, Harouna Abdou Zodi, de 2016 à 2018, l’Etat a mis au profit des ménages vulnérables de la région de Tahoua 5445 tonnes de semences améliorées du mil, sorgho et niébé ; pour la culture fluviale, 297133 fagots de bouture de manioc, 216.336 kg de semences potagères et de la pomme de terre, 593316 tonnes d’engrais, 83.553 sachets de fongicide et 52.203 litres de pesticide. Pour l’année 2018, l’Etat a investi plus de 3 milliards de francs CFA qui sont repartis dans l’acquisition des semences fluviales et irriguées, dans l’acquisition des petits matériels, dans le renforcement de capacité des producteurs, et aussi des agents pour leur permettre de mieux assurer l’encadrement de proximité, l’acquisition des produits phytosanitaires et l’entretien des matériaux et équipements agricoles, a-t-il affirmé.

Dans les domaines de l’élevage, l’environnement et la pêche, les interventions de l’Etat, avec l’appui de ses partenaires, ont permis la récupération et la régénération des centaines d’hectares dégradés, la mobilisation des milliers de mains d’œuvres, l’empoissonnement de 30 à 50 mares sur les 150 que compte la région - ce qui a permis une forte production et la commercialisation du poisson à la grande satisfaction de la population.

Dans le domaine de l’élevage, ce sont plus de 2 milliards de francs CFA qui ont été mobilisés par l’Etat pour la seule année 2018 pour des opérations de vaccination gratuite de cheptel, la vente à prix modéré d’aliments pour bétail mais également la construction et la réhabilitation des puits pastoraux.

Dans le domaine de l’hydraulique, selon le directeur régional de l’hydraulique, 521 équivalents points d’eaux ont été mis en service pour donner de l’eau à une population de 130 000 habitants ; des ouvrages hydrauliques ont également été réhabilités ; des points d’eau, des mini AEP, pour un équivalent de 147 points d’eau réalisés ; selon Tahirou Mahamadou, dans le volet assainissement, il y a la réalisation des ouvrages d’assainissement au niveau des écoles, des centres de santé et au niveau des places publiques.

Dans le secteur de l’éducation, au niveau primaire, secondaire et supérieur, l’Etat, avec l’appui de ses partenaires, a investi beaucoup de moyens pour la construction des infrastructures scolaires mais également amélioré la qualité de l’enseignement, amélioré le taux de scolarité dans la région de Tahoua. Selon le DREP adjoint Abdou Adamou, plus de 300 classes en matériaux définitifs ont été construites entre 2016 et 2019 et plus 90 blocs de latrines ont aussi été construits, ce qui a permis l’amélioration des différents indicateurs, notamment le TBA qui a évolué de 68% en 2016 à 72% en 2018, le TBS de 67% en 2016 à 69% en 2018.

Dans le domaine de la santé, la région de Tahoua a bénéficié d’importants moyens pour la construction des infrastructures sanitaires notamment des centres de santé intégrés, des districts et le centre mère et enfant ; d’autres moyens ont également été injectés dans les logistiques, le renforcement du personnel qualifié et des spécialistes. Le centre hospitalier régional de Tahoua, centre de référence de la région, en est un exemple illustratif. Selon Assoumana Haja, directeur du CHR de Tahoua, plusieurs réalisations ont été faites. « Depuis que Issoufou Mahamadou est à la tête de ce pays, nous avons senti le changement au sein du CHR de Tahoua ; pratiquement chaque année, il y a soit une construction ou une réhabilitation ; c’est des choses très importantes pour cet hôpital parce que les bâtiments datent de l’ère coloniale ; notre plateau technique a été renforcé », a-t-il affirmé.

En conclusion, l’on peut dire aujourd’hui sans risque de se tromper que la région de Tahoua entre de plain-pied dans la modernisation économique avec par ailleurs l’inauguration le 24 novembre dernier par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, de la centrale solaire de Malbaza, de l’inauguration de la nouvelle cimenterie MCC de Malbaza, le 20 mars dernier, par le Président de la République ; à cela s’ajoute la cimenterie de Keita, la centrale de Salkadamna, la route Tahoua – Filingué et le siège régional de la BCEAO.

Par Abdou Abdourahmane ONEP/Tahoua

12 avril 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique