Journée d'information du processus de Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) : Renforcer les capacités du personnel à comprendre la ZLECAf

Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a présidé, hier matin, la cérémonie d’ouverture de la journée d’information du processus de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) à l’attention du personnel relevant de son département ministériel.

Intervenant à cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a d’abord rappelé que le processus de la ZLECAf qui a été lancé depuis 2015 a connu un blocage. En effet, il a souligné qu’en janvier 2017, le dossier a été confié à SE Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger et le dossier a été pris en charge par le ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé. Il a dit être parvenu à un accord le 21 mars 2018 du fait que 44 pays africains sur les 55 ont adopté l'accord.

Le ministre du Commerce a indiqué qu’ils sont aujourd’hui 52 pays qui ont signé l’accord de la ZLECAf sur les 55. Il reste trois pays qui n'ont pas encore signé l’accord, à savoir le Nigeria, le Bénin et l’Erythrée. Il a confié être sur le dossier et au cours du dernier Sommet de l’Union Africaine, le Président de la République a souhaité que la ZLECAf soit lancée à Niamey. Selon lui, cette proposition a été acceptée. Un Sommet extraordinaire va se tenir le 6 juillet à Niamey avant le Sommet de coordination. Il sera procédé au cours du Sommet extraordinaire au lancement de la ZLECAf au choix du pays qui abritera son siège et adopté l'organisation structurelle. En outre, M. Sadou Seydou a souligné que notre pays a joué un grand rôle dans ce processus qui est reconnu par l’Afrique. Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a rappelé à ses collaborateurs l’importance de comprendre les processus de la ZLECAf de par ses objectifs, les attentes de notre pays, les contraintes pour le Niger afin de mieux les expliquer aux uns et aux autres ici et ailleurs. Par ailleurs, il a promis de tout mettre en œuvre pour atteindre les 22 ratifications, sachant qu’il ne reste que deux ratifications et les actions sont en cours pour y parvenir.

Il a noté qu’au niveau de la CEDEAO, ils comptent sur le Burkina-Faso, le Cap-Vert, la Gambie, le Liberia pour qu’au moins deux de ces pays puissent s’exprimer d’ici le 21 mai 2019. Il a enfin demandé aux participants à cette journée d’information de suivre avec intérêt les différentes présentations qui seront faites pour qu’ils puissent être en mesure de répondre à toutes les questions relatives à la ZLECAf.

Laouali Souleymane et Rahama Siradja (Stagiaire)

15 mars 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique