Ralliement des partis politiques et des citoyens au pouvoir du Gury System : Après soutien contre poste, soutien contre libération de prisonnier ?

 PNPD-Akal-Kassa.jpgLe lundi 11 mars dernier, beaucoup de Nigériens ont appris, avec surpris, le ralliement du Parti nigérien pour la paix et le développement (PNPD Akal- Kassa) au pouvoir du Gury System. C’est vrai que c’est un minuscule parti qui ne dispose même pas de conseiller. Mais le PNPD Akal-Kassa avait le mérite d’avoir un président très engagé et qui fut une des voix les plus dérangeantes de l’opposition contre le pouvoir du Président Issoufou Mahamadou. Sans crainte d’être arrêté, Intinicar Alhassane disait tout haut ce que les autres opposants disaient tout bas. Dans les débats et même à des manifestations de la société civile, le bout d’homme qu’il est n’a jamais caché son aversion vis-à-vis des pratiques du Gury System, au point où beaucoup de Nigériens avaient de l’admiration pour lui et regrettaient qu’il ne soit pas leader d’un des grands partis de l’opposition. Ce sont donc ces Nigériens qui, assis devant leurs postes téléviseurs, ont été estomaqués de suivre le même président du PNPD Akal-Kassa en train de lire une déclaration de son parti, annonçant son soutien aux actions du régime du Président Issoufou Mahamadou. Mais et contrairement à ce qu’avaient annoncé Intinicar Alhassane et ses amis, leur décision n’était pas simplement motivé par les comportements de l’opposition, ni encore moins par l’obligation que leur aurait imposée le bon sens de reconnaître les actions du pouvoir en place. Si ce n’est que ça, pourquoi c’est seulement aujourd’hui qu’ils réalisent tout cela ? En réalité, la raison qui semble le plus avoir guidé le nouveau choix du PNPD Akal- Kassa est l’arrestation, il y a quelques semaines, d’un de ses responsables résidant à Tahoua. Il s’agit de cet homme qui, à travers un message vocal largement partagé sur le groupe social Watsapp, s’est attaqué à la désignation du président du principal parti au pouvoir, Bazoum Mohamed, comme candidat à l’élection présidentielle. Tous ceux qui ont écouté ce message ont réalisé sa gravité et ont compris que son auteur n’était qu’un prisonnier en sursis. L’homme a effectivement été arrêté quelques jours seulement après la sortie de son message. Il fut très vite jugé et le procureur requis la lourde peine de cinq ans de prison contre lui. Bien entendu, aucun parti politique responsable ne peut rester indifférent face à une telle situation, surtout lorsqu’elle concerne un de ses responsables. Selon de nombreux analystes, le PNPD a certainement agi dans le sens de sortir son militant de cet engrenage dans lequel il s’est retrouvé. On a vu d’autres partis politiques et des citoyens regagner les rangs du pouvoir pour avoir des postes. Le PNPD Akal-Kassa, lui, a peut-être agi pour obtenir la libération de son militant prisonnier.

Sanda  
15 mars 2019
Source : Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Politique