Inauguration du Tribunal d’instance de Torodi : Concrétisation d’une volonté de rapprocher la Justice des justiciables

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, a présidé, le mardi 19 février dernier, une cérémonie consacrée à l’inauguration et l’installation du Tribunal d’instance de Torodi dans la région de Tillabéri. C’était en présence de députés nationaux, de la Représentante de l’Union Européenne, du Gouverneur de la Région de Tillabéry, des cadres centraux du ministère de la Justice et de plusieurs autres invités.

Dans son discours d’inauguration et d’installation du Tribunal d’instance de Torodi, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, s’est tout d’abord réjoui de la présence massive des invités à cette cérémonie. Ce qui, estime-t-il, témoigne à la fois de leur attachement à l’idéal de justice et leur engagement dans la défense des valeurs qui nous sont tous chères : la paix sociale et la cohésion entre les communautés.

Le ministre Marou Amadou a ensuite rappelé que depuis quelques années, le gouvernement s’est engagé à réformer profondément le système judiciaire de notre pays pour l’adapter aux besoins de nos concitoyens, aux dynamiques liées à l’évolution de notre monde confronté à diverses mutations et pour apporter des réponses aux insuffisances voire aux disfonctionnements constatées.

« Pour réaliser cette ambition, un état des lieux du système judiciaire a été établi, lequel a fait ressortir les actions majeures à mettre en œuvre dans le cadre d’un plan décennal articulé en plusieurs axes à savoir : le renforcement des capacités de la justice, le renforcement de la crédibilité de la justice, le renforcement du rôle de la justice dans le développement économique, le

renforcement de l’accessibilité du service public de la justice, le renforcement de la justice pénale dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée, et la promotion et la protection des droits humains », a-t-il souligné. Le ministre de la Justice a assuré que son département ministériel s’attèle à cette mise en œuvre, à travers la réforme globale de la carte judiciaire, l’adoption des mesures institutionnelles, législatives et la mobilisation des ressources nécessaires à la réalisation des infrastructures physiques pour rendre la justice.

Dans cette perspective de réforme, il a relevé « l’adoption de la nouvelle loi sur l’organisation judiciaire, qui consacre la création des tribunaux à l’échelon communal, dans les arrondissements communaux et les départements ; l’érection de certains tribunaux d’instance en tribunaux de grande instance et des Cours d’appels dans chaque chef-lieu de région, l’objectif visé étant d’assurer un maillage total du territoire en service public de la justice et le rapprochement de celle-ci des justiciables ». Car, a-t-il reconnu, les reproches adressés à notre justice portent sur son éloignement des justiciables, obligeant ces derniers à parcourir plusieurs kilomètres pour accéder aux services et prestations de la Justice.

Aussi, a précisé le ministre Marou Amadou, c’est pour répondre à ces besoins légitimes que le gouvernement dès 2013, a adopté une loi créant dans tous les départements, des tribunaux d’instance. « A ce jour, sur les vingt-sept nouveaux départements, huit sont en voie d’être dotés de tribunaux. Il s’agit des tribunaux d’Iférouane, d’Ingall, de Tassara, de Tillia, de Banibangou, de Falmey, d’Ayorou et Torodi », a-t-il souligné.

Tout en mettant la réalisation de cette infrastructure à l’actif du gouvernement engagé à rendre accessible la justice à tous les citoyens, le ministre Marou Amadou a vivement salué et remercié l’Union Européenne et les autres partenaires techniques et financiers, qui accompagnent le gouvernement dans la mise en œuvre des réformes. A l’adresse des juges du nouveau tribunal, le Garde des Sceaux s’est dit convaincu qu’ils sauront accomplir dignement la mission qui leur incombe.

Assane Soumana (Onep)

21 février 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique