Dosso : Session budgétaire du Conseil régional au titre de l’année 2019

Le Conseil régional de Dosso tient depuis hier sa session ordinaire dite session budgétaire au titre de l’année 2019. Au cours des travaux qui dureront quatre jours, les conseillers régionaux de Dosso apprécieront l’exécution du budget 2018 ; ils feront aussi la présentation des comptes du Conseil régional et l’examen du projet de budget 2019 ainsi que la synthèse des activités inter session. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le président du Conseil régional M. Hima Mounkaïla en présence du Secrétaire général de la région de Dosso M. Assoumana Amadou, du préfet du département de Dosso, des cadres régionaux, des représentants des partenaires techniques et financiers et de nombreux invités.

Dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture des travaux, le président du Conseil régional de Dosso M. Hima Mounkaïla a indiqué que le projet de budget soumis à l’appréciation de l’auguste assemblée prend en compte les résultats provisoires de la révision du Plan de développement régional (PDR) qui est actuellement en cours d’exécution. Cette évaluation a-t-il précisé qui a permis d’établir la cohérence entre le PDR 2016-2020 et le PDES 2017-2021 a également permis d’identifier les ajustements nécessaires pour sa révision. Les résultats des deux années de mise en œuvre de cet outil de planification régionale seront, selon M. Hima Mounkaïla, livrés à la plénière.

Le président du Conseil régional de Dosso s’est longuement appesanti sur la situation sécuritaire de notre pays qui a fini par atteindre la région de Dosso avec notamment l’attaque du poste de gendarmerie de Bagagi dans la commune rurale de Matankari par des bandits armés et qui a causé la mort de deux gendarmes et d’un civil. En cette douloureuse circonstance, le Conseil régional de Dosso a, par la voix de son président, présenté ses condoléances les plus émues aux familles des illustres disparus, à leurs compagnons d’armes et au peuple nigérien tout entier ainsi qu’un prompt établissement aux blessés.

Pour M. Mounkaïla, ces événements constituent une véritable alerte pour la région de Dosso qui a jusqu’à présent été épargnée du spectre des attaques armées. C’est pourquoi le président du Conseil régional a appelé les élus à être vigilants et sensibiliser la population dans ce sens pour qu’elle ait le réflexe de signaler tout fait qui lui paraîtrait suspect ; en un mot collaborer parfaitement avec les forces de défense et de sécurité. M. Hima Mounkaïla a, au passage, salué la performance des lutteurs de la région de Dosso à la 40ème édition du Sabre national tenue à Tillabéry sous le thème « jeunesse - paix et sécurité » du 25 décembre 2018 au 03 janvier 2019. Les lutteurs de Dosso ont en effet occupé la deuxième place au classement par équipe mais surtout ont raflé toutes les places du podium. Le président du Conseil régional a saisi l’opportunité pour leur rendre un hommage mérité.

Compte tenu des points qui seront débattus au cours de cette session, M. Hima Mounkaïla a invité les conseillers régionaux à mener des débats avec sagesse et sérénité comme ils l’ont toujours fait pour la grandeur du Conseil et le devenir de la région afin d’aboutir à l’adoption d’un budget réaliste et réalisable.

Auparavant, le Secrétaire général de la région de Dosso M. Assoumana Amadou a félicité et encouragé les conseillers régionaux et les a invité à faire preuve de disponibilité et d’engagement dans le cadre de l’exécution de leurs différentes tâches tout en leur demandant de s’investir pleinement dans une perspective de promotion de développement socio-économique de la région. Ce développement a précisé M. Assoumana Amadou n’est possible sans paix et sans sécurité. Parlant de la sécurité, le Secrétaire général de la région de Dosso s’est attardé sur l’attaque barbare et lâche perpétrée à Bagagi par des bandits armés et a présenté, au nom des autorités de la 7ème république, ses condoléances attristées aux familles des disparus.

Assoumana Amadou a invité les conseillers régionaux à s’engager pleinement et résolument dans des actions d’information, de sensibilisation, de prévention et de dissuasion dans les zones potentiellement exposées aux risques sécuritaires et autres conflits communautaires. « Nous devons donc tous être des acteurs engagés pour la paix et la sécurité dans notre région » a-t-il souligné avant d’ajouter que des actions farouches sont engagées par le gouvernement pour lutter contre l’insécurité dans toutes ses formes à travers la présence effective des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national ; le déploiement permanent des patrouilles urbaines et rurales.

Mahamane Amadou ANP-ONEP/Dosso

20 février 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique