Forfaitt-ORANGE-4G

Candidat du PNDS : Le dauphin du Président doit quitter son poste de ministre de l’Intérieur

Bazoum Ministre interieur 01Candidat du PNDS Le dauphin du Président doit quitter son poste de ministre de l’Intérieur C’est ce vœu, sous forme voilée d’exigence, qui est sur toutes les lèvres et qui pénètre l’esprit de beaucoup d’hommes politiques de notre pays. Des hommes et des femmes qui trouvent inacceptable que Bazoum Mohamed, candidat déclaré de son parti, puisse encore rester au gouvernement et conduire le processus électoral. Cela pour la crédibilité, la transparence et l’inclusivité des élections pour lesquelles les Etats Unis ont décidé de soutenir notre pays à travers un programme financé par le peuple américain, mais sous condition. Donc, pour la vivacité de la démocratie et la vérité des urnes, le Chef de l’Etat doit demander à Bazoum Mohamed, candidat de son parti, de rendre le tablier. Ou le démettre de ses fonctions. Puisque jamais dans l’histoire démocratique de notre pays, on a vu un candidat d’un parti politique diriger et conduire un processus électoral. Pour dire que Bazoum Mohamed ne peut pas continuer à être juge et partie. Il doit se mettre à l’écart, c’est-à-dire, en marge pour une égalité de chance entre tous les candidats. Du reste, pour une question de justice, Bazoum Mohamed doit s’en aller pour s’occuper exclusivement de son parti dans la perspective de la reconquête du pouvoir en 2021. Et, cela au nom des principes démocratiques et de la justice sociale. S’il remplit bien sûr les conditions et réunit les critères d’éligibilité à la magistrature suprême.

Aujourd’hui, même si l’on tente de qualifier notre classe politique de naïve, manipulée ou alimentaire, elle ne saurait laisser le sieur Bazoum à la tête du ministère de l’Intérieur. Auquel cas, il vaudrait mieux de capituler ou renoncer à l’organisation des élections pour se retrouver au sein d’une réunion de CNDP pour acclamer Bazoum comme l’ont fait ses partisans du parti le dimanche dernier. Donc à l’adresse du Président, pour que l’opinion ne puisse pas lui prêter certaines intentions, il doit s’obliger de demander à son dauphin d’aller se préparer pour les échéances de 2021. En remerciant Bazoum, le Président va créer un climat de confiance. Sinon, les Nigériens vont cesser de se faire d’illusions. Car, ils sont nombreux, les Nigériens qui pensent que tout ce qui se passe actuellement ressort de farce, la tromperie. Et que les vrais desseins et motivations suivront bientôt. Wait and see.

Soum 

16 février 2019 
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique