Réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population : Relever le défi de la maîtrise de la croissance démographique

La ministre de la Population, Dr Amadou Aissata a procédé hier matin à Niamey, à l’ouverture de la réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population. L'objectif de cette réunion est de créer les conditions d'un partenariat dynamique et concerté entre les ministères et les Partenaires au développement. La réunion s’est déroulée en présence des ministres concernés par cette question notamment celui en charge de la Santé, celui des Enseignements Secondaires et la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant ainsi que des Partenaires

Dans le document du projet du Cadre de Concertation soumis à l’appréciation des participants, il a été indiqué quels points importants de son fonctionnement, les objectif et résultats attendus, le cadre de mise en œuvre, les attributions du cadre de concertation, les organes de suivi du cadre de concertation, les rôles et responsabilités des acteurs, le fonctionnement du cadre de concertation, le suivi et évaluation et les engagements des signataires.

Au cours de cette réunion, les participants vont partager les interventions programmées en 2019 par les différents ministères, centrées sur les questions de population ; identifier les points de convergence qui nécessitent des harmonisations et des assistances mutuelles ; arrêter les contours du dispositif de cadre de concertation proposé ; valider le dispositif organisationnel du cadre de concertation et le plan des rencontres de l'année 2019. « Comme vous le savez, mon département ministériel a en charge la conception, l'élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation des Politiques Nationales en matière de Population », a rappelé, la ministre de la Population, Dr Amadou Aissata.

A ce titre, a-t-elle précisé, « il veille à l'intégration des variables démographiques dans nos politiques, programmes et projets de développement. Dans le cadre de nos missions, nous devons travailler en synergie avec l'ensemble des ministères en vue de rendre plus efficace nos efforts en faveur de la capture du Dividende Démographique ». La ministre de la Population a annoncé que le ministère s'est engagé dans l'élaboration de plusieurs documents programmatiques notamment, le Document de Programmation Pluriannuelle des Dépenses (DPPD), le Projet annuel de Performance (PAP) et vient de valider techniquement une nouvelle Politique Nationale de la Population.

Par ailleurs, Dr Amadou Aissata a souhaité que ce cadre de concertation soit une instance de consultation, de concertation et de recommandations fort utile pour le système de gouvernance publique. Sans avoir une valeur juridique, cette instance traduit notre volonté et celle des partenaires de soutenir les efforts du Gouvernement pour contribuer à une amélioration du bien-être de la population nigérienne. «Comme nous l'avons mentionné dans le document de base dudit cadre, il est important de préciser que cette instance ne remplacera pas les autres instances de concertation déjà existantes. Il vise simplement à renforcer la collaboration entre nos ministères et nos partenaires au développement dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi de nos activités prioritaires de développement », a-t-elle relevé.

La ministre de la Population a reconnu que le plus grand défi, aujourd'hui, est la maîtrise de la croissance démographique, car la hausse rapide de la population annihile tous les efforts du Gouvernement. «Nos engagements internationaux nous obligent à fédérer nos efforts. En effet, le multi-partenariat, la Déclaration de Paris (mars 2005), les Forums de haut niveau d'Accra (septembre 2008) et de Busan (décembre 2011) sur l'efficacité de l'aide au développement, nous recommandent d'harmoniser et de rendre efficace nos interventions. La mise en place de ce cadre de concertation répond à cette exigence en ce sens qu'il nous permettra de nous réunir autour d'objectifs programmatiques communs en vue d'une mise en œuvre cohérente de nos actions de développement », a-t-elle déclaré

Mamane Abdoulaye et Rahama Siradja (Stagiaire)

14 février 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique