Forfaitt-ORANGE-4G

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au service de la transformation du monde rural : enjeux et défis de la sécurité alimentaire et énergétique », thème retenu

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a parrainé hier au Palais des Congrès de Niamey, l’ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables. Cette rencontre organisée par le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger a enregistré la présence des membres du gouvernement, dont le Ministre d’Etat, en charge de l’agriculture et de l’élevage, du secrétaire exécutif du CILSS, des présidents des Institutions, des représentantes des organisations féminines du Niger, des pays voisins et amis, des leaders religieux et plusieurs autres invités.

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a salué dans son allocution d’ouverture, l’initiative du Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger, qui a-t-elle dit, vise à aborder des questions majeures en lien avec les objectifs que poursuit cette organisation. « Ce symposium place les femmes au centre d’action de transformation socio-économique de notre pays notamment : la transformation du monde rural et l’autonomisation économique de la femme » a expliqué la Première Dame. Aussi, elle s’est   réjouie du choix de ce thème qui embrasse plusieurs priorités inscrites dans le Programme de Renaissance, la Déclaration de Politique

Générale du Gouvernement et le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021.

Les questions de sécurité alimentaire et énergétique sont au centre des priorités du Programme de Renaissance comme en témoigne les politiques fortes et les projets structurels qui ont été initiés depuis 2017, a souligné Dr Lalla Malika Issoufou. « Vous êtes aussi témoins de la volonté remarquable du Président de la République, SEM, Issoufou Mahamadou à donner une forte impulsion à la science, la technologie et l’innovation à travers les Universités, les centres et instituts de recherche et les différentes institutions publiques » a-t-elle fait savoir. L’exemple de la tenue du concours e-TAKARA qui permet de détecter les jeunes talents et de les accompagner dans le développement des applications novatrices qu’ils inventent et de leurs statuts est édifiant, a soutenu la Première Dame.

Pour sa part, le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture, M. Albadé Abouba a rappelé l’objectif fondamental de ce Symposium, qui a-t-il dit, est de créer un espace de réflexion, d’échanges et de sensibilisation pour la valorisation et la promotion de la productivité agricole au Niger, à travers un partage de connaissance entre les acteurs et les professionnels de l’Agriculture au Niger, en Afrique et dans le Monde. Ce symposium mobilise à

chacune de ses éditions des acteurs du secteur de l’Agriculture connus dans le domaine de la science et de la technologie, a indiqué le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’élevage. Il regroupe également des chercheurs éminents à travers leurs organisations mais aussi les autorités politiques et administratives ainsi que les partenaires techniques et financiers. En effet, a relevé M. Albadé Abouba, depuis sa première édition en 2017, le symposium se présente ainsi comme un véritable vecteur du développement de l’Agriculture dans toute sa diversité et sa complexité. En initiant la première édition en 2017, le Réseau, Femmes, Sciences et Technologies du Niger a voulu innover en matière d’analyse, d’échange et de sensibilisation sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans notre pays, a-t-il souligné.

« Au vu des résultats de ses actions il est aisé de constater qu’il demeure l’un des principaux évènements nationaux dont l’apport du savoir-faire et du génie créateur des acteurs en occurrence des femmes scientifiques constitue indéniablement un véritable levier du développement économique et social dans notre pays », a affirmé le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture. « Ce symposium est un cadre fédérateur qui contribue à promouvoir, capitaliser et vulgariser des initiatives novatrices dans divers domaines en vue de l’amélioration qualitative et quantitative de provisions agro-sylvo-pastorales, des techniques et technologies appropriées à la nature et à l’usage de nos terres » a relevé M. Albadé Abouba.

Pour la présidente du Réseau, Femmes, Sciences et Technologies du Niger, Mme Kadi Alzouma, un des principaux leviers pour la transformation du monde rural réside incontestablement dans l’autonomisation de la femme. L’accès à l’énergie en milieu rural pourrait favoriser cette capacitation des femmes, a-t-elle indiqué. « L’accès des femmes aux énergies renouvelables en raison notamment de l’inadaptation de l’offre aux besoins des femmes, la faible participation de ces dernières à l’innovation dans le secteur de l’énergie, des difficultés d’accessibilité aux équipements ainsi que l’insuffisance de l’information sur des opportunités offertes dans le secteur pour les femmes sont autant des goulots d’étranglements à des vies » a déclaré Mme Kadi Alzouma. Le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger vise au terme de ces travaux à identifier et valider l’intervention à haut impact du lien entre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’accès à l’énergie et l’autonomisation de la femme.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

14 février 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique