Dosso/Protection des droits humains : Les points focaux des ministères en atelier de formation sur les droits humains et les mécanismes de leur protection

Organisé par la Commission Nationale des Droits Humains, en partenariat avec la délégation de l’Union européenne au Niger, un atelier de formation des points focaux des ministères sur les droits humains et les mécanismes de leur protection a ouvert ses travaux, hier à Dosso. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Secrétaire général adjoint de la Commission nationale des Droits Humains, M. Salifou Issaka, en présence du Secrétaire général de la région de Dosso, M. Assoumana Amadou, du préfet du département de Dosso, des cadres techniques de la CNDH, des responsables des forces de défense et de sécurité et de nombreux invités.

Cette formation qui durera deux jours s’inscrit dans le cadre du projet Appui à la Promotion et à la Protection des Droits Humains financé par la délégation de l’Union Européenne au Niger. L’objectif visé par la présente formation est de doter les points focaux CNDH des ministères sectoriels des connaissances sur les droits humains et les mécanismes de leur protection. Pour accomplir cette tâche, les points focaux ont besoin d’être renforcés sur les connaissances fondamentales sur les droits humains, les connaissances sur les différentes catégories des droits ainsi que les connaissances sur les mécanismes de recours en matière de défense des droits humains au niveau national, régional et international.

Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture des travaux, le secrétaire général adjoint de la Commission nationale des droits Humains, M. Salifou Issaka, a d’abord fait un bref rappel de la CNDH. En tant qu’institution de la République, la CNDH a-t-il indiqué est une autorité administrative indépendante conforme aux principes de Paris qui recommandent aux Etats, la mise en place d’Institutions Nationales des Droits de l’Homme (INDH), indépendantes, pluralistes et autonomes afin qu’elles veillent au respect des droits de l’homme dans les états concernés.

Ces principes de Paris adoptés par les Nations Unies a précisé M. Salifou issaka constituent donc un guide de référence et la garantie d’une crédibilité pour les institutions des Droits de l’Homme. Pour la CNDH a indiqué son secrétaire général adjoint, outiller ses points focaux en matière des droits humains et de promotion de la démocratie en vue de leur permettre d’accomplir leurs missions est une nécessité dans ce contexte d’insécurité. M. Salifou Issaka a saisi l’opportunité pour renouveler ses remerciements à la Délégation de l’Union Européenne pour son appui financier et précieux à la réalisation de cette activité.

Auparavant, le secrétaire général de la région de Dosso M. Assoumana Amadou s’est réjoui du choix porté à la région de Dosso pour abriter cette importante rencontre. Le thème de la formation a-t-il indiqué cadre parfaitement avec la vision des plus hautes autorités de la 7ème République au premier rang desquels le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, et le Premier ministre, M. Brigi Rafini, du faire du Niger un véritable Etat de droits.

Le secrétaire général de la région de Dosso a expliqué que le gouvernement du Niger a réussi son passage à l’examen périodique universel en juin 2011 à l’occasion de la 17ème session du conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. Cette performance a dit en substance M. Assoumana Amadou a valu au Niger d’être cité comme modèle de « bonnes pratiques » en matière de respect et de protection des Droits de l’homme et de recevoir la visite de la Haute Commissaire Adjointe des droits de l’homme en avril 2012. Cette performance a-t-il indiqué est à mettre à l’actif des autorités de la 7ème république sous l’impulsion du Président de la République Issoufou Mahamadou, et sous la conduite éclairée du Premier ministre, Chef de gouvernement, SE. Brigi Rafini.

Le secrétaire général de la région de Dosso a exhorté les participants à cet atelier à participer activement aux débats afin de sortir suffisamment outillés pour faire face aux différents défis liés à la question des droits humains et surtout les mécanismes de leur protection. M. Assoumana Amadou a adressé ses encouragements et toutes ses félicitations au président de la Commission Nationale des Droits Humains le professeur Khalid Ikiri et à tous les membres de la CNDH pour le travail combien important qu’ils mènent quotidiennement dans le cadre de la promotion et la protection des droits humains au Niger.      

Mahamane Amadou, ANP-ONEP/Dosso

1er février 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique