Forfaitt-ORANGE-4G

Niamey/Présentation du rapport d’étude sur la main d’œuvre migrante de l’économie informelle dans les arrondissements communaux I, III et V : Des recommandations pour mieux protéger les travailleurs migrants et tirer profit de leurs compétences

Le président du Comité interministériel chargé d’élaboration de la politique nationale en matière de l’immigration, le Conseiller technique du ministre en charge de l’Intérieur, M. Nafiou Rabiou, a présidé le 25 janvier dernier à Niamey, une réunion de présentation du rapport d’étude sur la main d’œuvre migrante de l’économie informelle dans les arrondissements communaux I, III et V de Niamey.

Il ressort de cette étude diligentée par le Projet Appui Conseil à la Politique Migratoire (APM), que les acteurs migrants de l’économie informelle sont des personnes travaillant pour leur propre compte, disposant d’un petit capital et d’une main d’œuvre non déclarée et non protégée, produisant et distribuant des biens et des services en vue de générer des emplois et des revenus dans un environnement concurrentiel avec un accès limité aux ressources (crédits, matières premières, services et biens). Les travailleurs migrants étrangers et saisonniers de l’économie informelle évoluent en dehors du cadre légal. Ils ne bénéficient pas de la protection sociale (prestation de sécurité sociale, soins de santé) et ne jouissent pas de la sécurité et de leurs droits de propriété.

Néanmoins, le document constate le transfert des compétences en matière de technologies modernes dans tous les domaines d’activités, l’existence d’un marché pourvoyeur d’emplois pour les nationaux, les travailleurs migrants saisonniers et les étrangers, le faible encadrement des acteurs et la forte contribution au développement économique et social du pays par les prestations de services dans le domaine de BTP, du commerce général, du petit commerce des biens et services répondant au faible pouvoir d’achat de la plus grande frange de la population pauvre et de la classe moyenne, l’hôtellerie-bar-restauration, la production maraichère etc.

Ce rapport provisoire recommande entres autres à l’Etat de mettre en œuvre des actions de développement afin d’atténuer les effets de la pauvreté en tirant profit des compétences et apports des migrants pour un développement harmonieux au bénéfice de tous, d’adopter et mettre en œuvre un plan stratégique d’organisation des travailleurs y compris les migrants de l’économie informelle, de développer des politiques et stratégies pour les travailleurs migrants de l’économie informelle, d’appliquer les Normes Internationales du travail ratifiées par le Niger et la législation nationale du travail, de renforcer les capacités d’intervention de l’administration du travail, d’assouplir les charges et procédures de l’administration fiscale et les procédures, etc.

Par ailleurs, le rapport recommande à l’endroit des partenaires sociaux de sensibiliser, organiser, former et structurer les travailleurs migrants de l’économie informelle, d’adopter une approche communautaire pour aider à organiser les travailleurs difficiles à identifier et à constater, de développer des alliances et des actions communes avec les associations et coopératives œuvrant dans l’économie informelle, et d’adapter les structures des syndicats et leur mode de fonctionnement aux travailleurs de l’économie informelle et à leurs organisations.

Mamane Abdoulaye(onep)

28 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

 

Imprimer E-mail

Politique