7ème réunion ordinaire du Comité de Défense et de Sécurité Format Défense du G5 Sahel : Les différents projets en matière de défense au menu

Le siège de l’Etat-major des Armées à Niamey, a servi de cadre hier pour la tenue de la 7ème réunion ordinaire du Comité de Défense et de Sécurité Format Défense du G5 Sahel. La réunion a regroupé les différents Chefs d’Etat-major et les Responsables de la sécurité des pays du G5 Sahel (Niger, Mali, Mauritanie, Burkina-Faso et Tchad), ainsi que les experts et conseillers du G5 Sahel, en présence du Chef d’Etat-major français, le Général François Lecointre.

Dans son intervention, le Chef d’Etat-major des Armées du Niger, président en exercice du Conseil de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, le Général de corps d’armée Ahmed Mohamed, a indiqué que cette réunion se tient en prélude au Conseil des ministres de tutelle du G5 Sahel, élargi aux ministres en charge des Affaires Etrangères et à ceux en charge de la Défense, qui se tiendra le 3 février 2019 à Ouagadougou et à la 5ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etats du G5 Sahel, prévue se tenir le 5 février, toujours à Ouagadougou. Déclinant l’ordre du jour de la réunion, le Général de corps d’armée Ahmed Mohamed a précisé qu’il y a d’abord la soumission du Document Conjoint de Coordination interalliées n° 7 (DDCI 7) à l’approbation des CEMGA et CEMA du G5 Sahel et de la France, conformément à la charte de fonctionnement du Partenariat Militaire de Coopération Transfrontalière (PMCT). 

« les CEMGA (Chefs d’Etat-major Général des Armées et CEMA (Chefs d’Etat-major des Armée), feront le point sur l’état des différents projets en matière de défense du G5 Sahel et des différents documents soumis à notre appréciation par le Tchad et la réunion tenue le 27 janvier 2019 ; la présentation du rapport d’activité de la Force Conjointe du G5 Sahel ; l’état d’avancement du Comité de Soutien de la Force Conjointe du G5 Sahel et le Compte rendu du Collège de Défense du G5 Sahel », a déclaré le Général Mohamed. Par la suite, le chef d’Etat major a abordé la situation sécuritaire qui prévaut dans la zone d’opérations de la Force Conjointe du G5 Sahel. « En ce qui concerne la situation sécuritaire dans la zone d’opérations de la Force Conjointe du G5 Sahel, elle est jugée globalement calme à l’Ouest et à l’Est de notre espace » a déclaré le général Ahmed Mohamed. Pour le Président en exercice du Conseil de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, la sécurité de nos Etats se joue aux frontières d’où l’importance du Partenariat Militaire de Coopération Transfrontalière (PMCT).

Le Chef d’état-major des armées a remercié le Chef d’Etat-major des Armées françaises, le Général François Lecointre pour avoir fait le déplacement de Niamey et pour le soutien multiforme que l’Opération Barkhane apporte aux armées nationales et à la Force Conjointe du G5 Sahel. « Le Document Conjoint de Coordination Interalliés n°7 (DCCI 7) sur lequel nous devons statuer, retient comme effet final recherché (EFR) de dénier la libre disposition durable des espaces transfrontaliers aux groupes terroristes et criminels. Je me félicite des opérations militaires conjointes transfrontalières (OMCT) et des victoires que nous avons engrangées », a-t-il dit. En attendant que la Force Conjointe du G5 Sahel atteigne sa pleine capacité opérationnelle et en raison de la difficulté à couvrir la totalité de sa zone d’opérations, ces opérations militaires conjointes transfrontalières (OMCT) sont la priorité, estime le Général Mohamed. « Nous devrions multiplier ce genre d’opérations pour maintenir une pression constante sur l’ennemi. L’opération conjointe conduite dans la nuit du 27 décembre 2018 par l’Opération Dongo des Forces Armées Nigériennes et l’Opération Barkhane a permis de porter un coup sévère aux groupes terroristes. Il me semble que c’est la voie à suivre en appui ou indépendamment des opérations de la Force Conjointe du G5 Sahel », a-t-il lancé.

Le Général de corps d’armée Ahmed Mohamed a ensuite salué la reprise des opérations de la Force Conjointe du G5 Sahel. « Avec l’Opération SANPARGA en cours depuis le 15 janvier 2019 dans le fuseau Centre et l’Opération TAMA qui a démarré le 26 janvier 2019 dans le fuseau Ouest, la Force Conjointe du G5 Sahel renoue avec un cycle opérationnel optimal qui est le préalable pour pouvoir déclarer sa pleine capacité opérationnelle et pour enclencher une dynamique susceptible de déstabiliser les groupes terroristes et criminels. Toutefois, c’est le renseignement qui conduit les opérations. Donc, les armées nationales et la Force Conjointe du G5 Sahel devront fournir un effort conséquent en matière de renseignement et s’engager à un meilleur partage du renseignement », a-t-il souhaité. En outre, sur une base permanente, les opérations conjointes doivent être couplées, selon lui, à des actions civilo-militaires pour conquérir les cœurs et les esprits de la population mais aussi pour marquer la présence de l’Etat dans les zones transfrontalières.

En effet, estime le CEMA, ce sont les populations civiles qui sont l’enjeu de cette confrontation. Conserver leur confiance est essentiel pour prendre l’ascendant sur les groupes terroristes. « Nous sommes pleinement engagés dans la protection et la défense des populations civiles. A ce titre, une réunion consacrée à l’état des lieux de la mise en œuvre du cadre de conformité pour le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire, visant à prévenir et à traiter adéquatement tous les cas de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire en rapport avec la Force conjointe, à laquelle prendront part les CEMGA et les CEMA du G5 Sahel, se tiendra le 29 janvier 2019 à Niamey », a-t-il ajouté. Le combat contre le terrorisme est un combat difficile qui s’inscrit dans la durée, a-t-il relevé. « Au regard de notre détermination commune, je suis sûr que nous viendrons à bout des groupes terroristes. Je puis vous réitérer ici que le Niger, sous l’impulsion du Président de la République du Niger, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées et Président en exercice du G5 Sahel, est résolument engagé à appuyer la Force Conjointe du G5 Sahel dans l’exécution de son mandat », a dit le Président en exercice du Conseil de Défense et de Sécurité du G5 Sahel.

Mahamadou Diallo(onep)

29 janvier 2019
Source : Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique