Célébration de la 65ème journée mondiale de lutte contre la lèpre (JML 2019) : « Dépister précocement la lèpre, une guérison sans séquelles assurée », thème de la JML 2019

À l’instar de la communauté internationale, le Niger a célébré hier 27 janvier, la 65ème journée mondiale de lutte contre la lèpre, (JML 2019), dont le thème est « dépister précocement la lèpre, une guérison sans séquelles assurée ». A cette occasion, la ministre de la Population, Mme Amadou Aissata, a livré un message dans lequel elle a souligné les efforts de l’Etat du Niger dans la lutte contre la lèpre et appelé la population à plus de vigilance pour une meilleure prise en charge des nouveaux cas, ainsi qu’à plus d’efforts pour soutenir les personnes affectées.

Dans son message, la ministre de la Population, Mme Amadou Aissata, a indiqué qu’en dépit d’énormes efforts consentis par l’Etat et les partenaires, force est de constater que la lèpre résiste et continue à faire des victimes et à transformer des vies. En effet, les personnes affectées par la lèpre vivent les mêmes difficultés de discrimination et les mêmes problèmes que les autres groupes de personnes handicapées. La ministre de la Population a rappelé que la lèpre ne devient une maladie handicapante que si elle est prise en charge tardivement, d’où la nécessité urgente de se rendre dans un centre de soins dès l’apparition des premiers symptômes. Le dépistage précoce, a-t-elle souligné, « est le meilleur moyen et le créneau le plus sûr pour stopper ce fléau ».

Mme Amadou Aissata a souligné que l’orientation vers les centres de santé de toute personne qui présente les signes pour une prise en charge précoce, ainsi que la diffusion de l’information relative à la gratuité des soins et des médicaments, seraient une contribution inestimable dans la lutte contre la lèpre. Elle a appelé la population nigérienne à briser les barrières sociales afin « de donner aux personnes atteintes par la lèpre, la chance de retrouver leur place dans la société et de recouvrer leur dignité d’être humain comme l’a toujours souhaité et voulu Raoul Follereau…, car l’élimination de cette maladie est bien possible avec l’engagement et la participation de tous».

La ministre de la Population, Mme Amadou Aissata, a saisi cette occasion pour remercier les partenaires qui se tiennent aux côtés du Niger et en les invitant à agir tôt, ensemble avec les autorités, pour remporter cette victoire contre la lèpre. D’après les chiffres officiels de 145 pays des 6 Régions de l’OMS, 216 108 cas de lèpre ont été enregistrés à l’échelle mondiale et en fin 2016, le taux de détection des cas est de 2,9%.

Selon le Recensement général de la Population du Niger de 2012, Mille six cent quarante-huit (1648) personnes sont affectées par la lèpre au Niger, soit 0,25% de la population des personnes handicapées. En 2017, ce sont 278 nouveaux cas qui ont été dépistés au Niger dont 66 cas d’infirmité de degré 2, soit 23,76% des nouveaux cas. La maladie est sous contrôle, mais l’apparition de nouveaux cas chaque année inquiète et préoccupe les autorités. Il est important de rappeler que la lèpre est une maladie infectieuse qui n’est ni héréditaire ni liée à une quelconque malédiction. Elle est guérissable en suivant un traitement totalement gratuit.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

28 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique