Forfaitt-ORANGE-4G

Rétrospective de l’année 2018 : Le Niger doté de plusieurs infrastructures modernes

Échangeur Diori Hamani de Niamey : Vue de NuitL’année 2018 a été marquée au Niger par la réalisation de plusieurs infrastructures à Niamey comme dans les autres régions du pays. Echangeurs, ponts, aménagements Hydro-agricoles, centrale solaire, routes … ont été réalisés conformément aux ambitions nourries par le Président de la République dans son programme de renaissance du Niger acte II. Le même élan se poursuit avec l’entame d’autres travaux dés les premiers jours de l’année 2019. C’est le cas le vendredi 18 janvier dernier à Tahoua avec le lancement par le Président de la République, Issoufou Mahamadou, des travaux d'aménagement et de bitumage de la route Sanam - Tebaram -Inkarkadan – Tahoua. Ce tronçon fait partie d'un axe important reliant Tahoua à Niamey et vient compléter l'autre axe, Tahoua - Konni – Dosso. Il coûtera plus de 29 milliards de FCFA. Les avantages de cette route sont encore plus importants du fait qu’elle va beaucoup contribuer à désenclaver les zones de production agro-pastorales de la région, à faciliter les échanges commerciaux entre les régions sud-ouest et nord-est du pays, à assurer l'interconnexion transfrontalière et à réduire le trajet.

Le Chef de l’Etat l’a clairement souligné lors du lancement des travaux : « On va gagner 100 km, c'est pour vous dire l'importance de cette route pour l'économie de la région, pour la sécurité également de la région ... ». Ces travaux sont financés par la BID qui a déjà financé d'autres projets d'infrastructures comme la route Arlit - Assamaka frontière avec l'Algérie ; la route Say - Tapoa et il y a en projet le financement de la route du barrage de Kandadji - Tillabéry - Ayorou.

Financés par la Banque Islamique de Développement (BID), les travaux qui totalisent un linéaire de 149 km sont subdivisés en trois (3) sections. La première section longue de 57 km concerne l’axe sanam -Tebaram est sera exécutée dans un délai de 24 mois. La deuxième d’une distance de 40 km porte sur l’axe Tebaram - Inkarkadan et durera 20 mois. Quant à la troisième section qui concerne l’axe Inkarkadan – Tahoua, elle est longue de 52 km. Ces travaux seront suivis de la réalisation de 10 km de voiries urbaines à Tahoua et de la prolongation de 2100 à 3100 mètres linéaires de la piste d'atterrissage de l'aéroport de Tahoua.

Quelques jours auparavant, soit le 13 janvier 2019, le président de la République lançait les travaux de réhabilitation du tronçon routier Zinder-Tanout d’une distance de 138 Km pour un coût de plus de 30 milliards de FCFA. Financée par le Fonds Européen de Développement, la réhabilitation de cette route est un grand soulagement pour les populations de la région qui souffrent de la dégradation de ce tronçon. Au lancement des travaux, le gouverneur de Zinder M. Issa Moussa a d’ailleurs rappelé que du fait de l’état de cette route, il a été recensé 70 citernes accidentées et des dizaines de véhicules irrécupérables. Il a ajouté que cette route est un passage obligatoire des marchandises en direction d’Agadez. «450 véhicules fréquentent quotidiennement ce tronçon en partance pour l’Algérie et la Libye ainsi que huit compagnies de transport de voyageurs, précise M. Issa Moussa qui estime ce trafic à plus de 3 milliards de chiffres d’affaires par jour. L’importance de la réhabilitation de cette route a été soulignée par l’Ambassadeur chef de la délégation de l’Union Européenne, Mme Denise Elena lonete qui a reconnu que la construction de cette route va favoriser les échanges commerciaux au niveau de six pays africains renfermant plus de 400 millions de personnes.

A Niamey, c’est le 17 Juillet 2018 qu’a eu lieu la cérémonie de démarrage des ouvrages sur le fleuve du « Pont Général Seyni Kountché» ou le 3ème Pont. Il s’agit de construire ce pont sur le fleuve Niger afin de relier le nord et le sud de la partie ouest de la ville de Niamey, c’est-à-dire la zone de Goudel et de Lamordé. Ce qui permet également « d’alléger la pression du trafic de transport ou de la circulation dans la ville et de favoriser énormément l'économie et le développement social de la capitale ». Les travaux d’aménagement et du bitumage de la corniche de Yantala suivi de la construction du pont des deux corniches passant derrière l’hôtel Gaweye, l’élargissement du boulevard de la liberté et de l’aéroport, ainsi que la construction du 4ème échangeur au rond-point des armées sont en cours.

Niamey, une ville moderne

C’est également en 2018 qu’a eu lieu le lancement des travaux de l’usine de traitement d’eau de Goudel ainsi que l’inauguration de plusieurs infrastructures qui ont permis à la capitale de se métamorphoser, complètement. Niamey Nyala est aujourd’hui une réalité conformément aux ambitions nourries par le Président Issoufou Mahamadou dans son programme de renaissance du Niger acte II de réaliser des infrastructures routières, énergétiques, ferroviaires, ainsi que des infrastructures de télécommunications et urbaines. Les routes, les ponts et échangeurs qu’on peut allégrement emprunter à Niamey sont une réalité tangible. Niamey est en train de devenir une ville moderne.

Au cours de l’année 2018, plusieurs autres infrastructures ont été construites et inaugurées dans d’autres localités du Niger par le Président de la République. Il s’agit notamment de la route Balléyara- Loga, la route Zinder-Magaria- Frontière avec le Nigéria et la centrale solaire de Malbaza. A ces grandes réalisations s’ajoutent les travaux de modernisation de la ville de Zinder, dans le cadre du projet Zinder Saboua. Les travaux de construction des routes Tchadoua-Mayahi, Ballayara-Filingué, Madaoua- Bouza-Keita-Tamaské, ceux de l’hôpital de référence de Maradi, de l’hôpital de l’amitié Nigero-Turque et de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) sont achevés.

Les Nigériens attendent la fin des travaux en cours des routes Maradi-Madarounfa- frontière avec le Nigéria, Arlit-Assamaka-frontière avec l’Algérie, Agadez- embranchement Ingall, Illéla-Bagaroua, du pont Djibo Bakary à Farié, du troisième pont Seyni Kountché à Niamey, de la modernisation de l’aéroport Diori Hamani, de la voie express aéroport de Niamey centre-ville. Autant d’infrastructures dont les avantages sont multiples pour les populations.

‘’Le jeu, il faut le dire en vaut la chandelle’’, notre pays s’apprête à accueillir le sommet de l’UA en juillet prochain. Mieux, comme l’a dit le Président de la République, « Les infrastructures dont se dote notre pays, afin d’accueillir dignement nos hôtes, permettront de renforcer sa compétitivité dans l’accueil d’évènements internationaux ».

Par Idé Fatouma(onep)

25 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique