Assemblée Générale constitutive du réseau des INDH des pays membres du G5 Sahel : Adoption des textes fondateurs et élaboration de la feuille de route du projet intégrateur

La mise en réseau des institutions nationales des droits humains (INDH) des pays membres du G5 Sahel vient de marquer son essor, avec l’ouverture hier matin, à Niamey, de son Assemblée Générale constitutive. Du 24 au 25 janvier, les représentants des cinq pays (Niger, Mali, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad) procèderont à la validation des textes fondateurs et l’élaboration de la feuille de route du projet intégrateur de l’organisation commune.

L’association des différentes INDH des pays membres du G5 Sahel serait l’instance compétente qui contribuera, sans nul doute, à relever les défis relatifs aux droits humains, dans les perspectives sécuritaires de force conjointe. C’est ainsi que la CNDH-Niger a toujours gardé à l’esprit l’impérieuse nécessité de regrouper ces institutions sœurs des pays du G5, en vue de formaliser le réseau. Cela, en poursuivant ses activités classiques en vue de reconquérir le statut A, auprès du Comité International Consultatif (CIC), devenu Alliance Mondiale des Institutions Nationales des Droits Humains (GANHRI). En effet, selon son président, Pr. Khalid Ikhri, la Commission Nationale des Droits Humains du Niger a entrepris une mission de sensibilisation dans les différents pays du G5 Sahel, et a invité leurs institutions respectives à s’insérer au niveau de cette initiative. Une mission de plaidoyer qui a été bien accueillie par l’ensemble des INDH, a-t-il mentionné. Mieux encore, « le président en exercice des pays du G5 Sahel que j’avais eu à rencontrer nous avait invités à mettre rapidement en place un réseau des 5 INDH des pays du G5, car la contribution d’un tel réseau en matière des droits humains serait décisive, disait-il », a ajouté Pr. Khalid Ikhri.

Dans le cadre de ce processus de la mise en réseau des INDH des pays membres du G5 Sahel, plusieurs activités ont été menées. Et à la présente étape, qu’accueille la commission nigérienne, il s’agit d’examiner les textes statutaires et le projet intégrateur, en vue de leur adoption et dessiner l’avenir de l’organisation commune. « En termes de perspectives, nous pouvons noter la mobilisation des ressources, la mise en œuvre et le suivi des activités programmées dans le projet intégrateur. La mobilisation des ressources constituera, à n’en point douter, un challenge. Un défi de taille pour la réalisation de nos objectifs. Aussi, j’ai le plaisir de vous informer que cette dernière ne démarrera pas ex-nihilo et reposera sur un partenariat en gestation, dont les principaux acteurs sont: l’Agence Française de développement (AFD); la Coopération Danoise; la Coopération Suédoise; la Coopération Norvégienne; l’UICN et l’Alliance pour le Sahel », a indiqué le président de la CNDH du Niger, Pr Khalid.

Par ailleurs, il a souligné que la tenue de cette réunion est aussi à mettre à l’actif de leurs partenaires actifs, notamment DIAKONIA et DANIDA. Raison pour laquelle, il exprime toute sa reconnaissance et sa gratitude, pour les efforts inlassables consentis.

Mahamane Chékaré Ismaël(Stagiaire)

25 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique