Forfaitt-ORANGE-4G

Fin de la visite du Président du Conseil Italien à Niamey : S.E Giuseppe Conte a visité les centres de prise en charge de migrants et refugiés à Niamey

Après des entretiens approfondis avec le Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou, le Président du Conseil italien S.E Giuseppe Conte a effectué une visite marathon dans la capitale. C’est ainsi que dans la même journée, il s’est rendu successivement à l’ambassade de son pays sis en face du Lycée Issa Beri ; au centre du mécanisme de ressource et réponse pour les migrants de l’OIM et au Haut commissariat des Nations Unies pour les Refugiés (UNCHR) au Niger.

A l’ambassade d’Italie au Niger, le Chef du gouvernement italien a été accueilli par l’ambassadeur avant d’échanger avec le personnel de cette représentation diplomatique sur plusieurs aspects de sa visite. Le président du Conseil italien et sa délégation se sont rendus ensuite au centre du Mécanisme de Ressource et Réponse pour les Migrants (MRRM) de l’OIM situé dans le quartier plateau de Niamey où l’attendait déjà le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Religieuses et Coutumières M. Mohamed Bazoum. Sur place, le président du Conseil italien a été édifié sur le fonctionnement de ce centre où vivent des migrants de plusieurs nationalités.

En effet, le centre du Mécanisme de Ressource et Réponse pour les Migrants (MRRM) a été mis en place par l’OIM en 2015 avec le soutien de l’Etat du Niger à travers le ministère de l’Intérieur qui gère avec perspicacité les dossiers concernant la migration et le flux massif des refugiés que le Niger accueille depuis quelques années. Ce mécanisme repose sur sept (7) piliers essentiels et vise à contribuer à la promotion d’une migration digne et sûre pour les peuples autochtones. Les piliers de ce mécanisme sont la mission de recherche et de sauvetage ; l’assistance directe aux migrants ; la protection ; l’assistance aux migrants à travers le retour volontaire ; la sensibilisation ; le suivi des flux migratoires et le renforcement des capacités en gestion des migrations pour le gouvernement du Niger.

Peu après la présentation de ce centre, le président du Conseil italien S.E Giuseppe Conte et le ministre de l’intérieur M. Mohamed Bazoum ont écouté des migrants de trois nationalités (un Malien ; un Ivoirien et un Ghanéen) qui ont raconté leurs expériences à la fois tristes et douloureuses sur la route de la migration. Les trois migrants ayant pris la parole gardent toujours l’espoir de se rendre un jour en Europe en dépit de leur première mésaventure. L’envie et le désir de vivre dans des pays comme l’Italie ; l’Espagne et la France etc., restent toujours forts chez ces jeunes migrants qui n’aiment pas retourner dans leurs pays d’origine sauf en cas de force majeure. Vivre en Europe constitue la ritournelle de ces migrants à majorité composés des bras valides.

En réponse à toutes les préoccupations entendues ici et là, le président du Conseil italien a d’abord précisé aux migrants qu’ils ont tous vécu une expérience pathétique. ‘’ Je suis au regret de vous dire que l’Italie ne peut pas construire un système qui puisse assurer et garantir l’accueil et l’intégration à tous. Nous savons que vous avez emprunté la route de la migration dans l’espoir de vivre dans des meilleures conditions. C’est un grand danger que vous avez couru. Et sur le chemin de la migration, vous avez rencontré des gens qui ont abusé de votre confiance. L’Italie est un pays européen qui a beaucoup accueilli des migrants par le passé. Maintenant, elle n’est plus en mesure d’offrir des conditions de vie aux migrants. C’est la raison pour laquelle notre pays est en train de se battre aux cotés des autres pays européens pour la création d’un système intégré d’accueil des migrants. En tout état de cause, la gestion du phénomène migratoire est une responsabilité partagée entre les dirigeants des pays africains et l’Union Européenne », a relevé M. Giuseppe Conte.

Le président du conseil italien s’est ensuite rendu dans le centre d’accueil des Refugiés de l’UNCHR du Niger. Tout comme au centre MRRM de l’OIM, ici aussi, S.E Giuseppe Conte et le ministre Mohamed Bazoum ont été édifiés sur le travail quotidien de ce centre. Les deux personnalités ont ensuite eu un entretien à bâton rompu avec les refugiés issus des pays comme l’Erythrée ; la Somalie ; l’Ethiopie ; le Cameroun ou encore le Soudan. Ces refugiés de diverses nationalités se sont retrouvés à Niamey grâce à la collaboration de l’Etat du Niger ; l’UNCHR - Niger et l’UNCHR- Libye. Les refugiés qui sont hébergés dans ce centre venaient de la Libye où ils avaient séjourné dans des camps de détention avant d’être remis à la disposition de l’UNCHR de ce pays. A Niamey, ils vont passer des entretiens à l’issue desquels certains seront réinstallés dans plusieurs pays européens et aux Etats Unis. D’ores et déjà, les responsables de l’UNCHR Niger affirment avoir coordonné le départ en Europe et aux Etats Unis de près de 1.576 refugiés.

Hassane Daouda (onep)

17 janvier 2019
SOurce : L'Hérisson

Imprimer E-mail

Politique