Forfaitt-ORANGE-4G

Atelier national de validation de l’annexe 9 de la charte de l’eau du bassin du Lac Tchad : Le Niger harmonise ses recommandations sur les modalités et les conditions de gestion des ouvrages hydrauliques

Le Secrétaire général du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement, M. Atahirou Karbo, a procédé hier matin à Niamey, à l’ouverture officielle des travaux de l’atelier national de validation du rapport provisoire sur l’annexe de la charte de l’eau du Bassin du Lac Tchad, relative aux modalités et aux conditions de gestion coordonnées des ouvrages hydrauliques. Cet atelier national se tient en prélude à la tenue de l’atelier régional de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), en vue de l’harmonisation commune des observations au niveau de chacun des pays membres.

Procédant à l’ouverture officielle des travaux de l’atelier national de validation du rapport provisoire sur l’annexe 9 de la charte de l’eau du Bassin du Lac Tchad, le Secrétaire général du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Atahirou Karbo, a affirmé que le Niger accorde une grande importance à la gestion harmonieuse et coordonnée des ressources en eau partagées, comme en témoigne l’adoption par le Gouvernement en mai 2017, du plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau (PANGIRE). La charte de l’eau de la CBLT, a-t-il ajouté, a pour but « l’élaboration, l’adoption et la mise en œuvre des politiques et des stratégies pour la promotion équitable, efficace et durable de l’eau et des autres ressources dans le bassin, afin de promouvoir la bonne gouvernance, la coopération et la solidarité sous régionale ». En d’autres termes, a poursuivi M. AtahirouKarbo, son utilité et son efficacité dépendent entièrement « de la capacité, de la volonté et des mesures de son application ».

Pour sa part, le Directeur général des ressources en eau au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Abdou Moumouni Moussa, a fait une présentation sur quelques aspects saillants relatifs aux ressources en eau du bassin du Lac Tchad. Cette communication s’est déroulée autour de trois principaux sujets, à savoir les caractéristiques générales du bassin du Lac Tchad, les ressources en eau de surface et celles en eau souterraine. M. Abdou Moumouni Moussa a précisé qu’au vue des tendances à la dégradation des terres et des eaux dans le bassin du Lac Tchad « plusieurs mesures sont vivement préconisées ». Optimiste, il s’est dit convaincu que la CBLT et ses Etats membres sauront relever les défis qui s’imposent à eux.

L’atelier national de validation du rapport provisoire sur l’annexe 9 de la charte de l’eau du bassin du Lac Tchad, relative aux modalités et conditions de gestion coordonnées des ouvrages hydrauliques, a regroupé plusieurs spécialistes qui interviennent dans les secteurs où l’eau occupe une place importante, ainsi que la Secrétaire générale Adjointe du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur. L’instauration de la charte de l’eau de la CBLT permettra de réguler le prélèvement d’eau dans la zone afin que l’ensemble de ses pays membres puissent accéder à cette ressource précieuse, de façon équitable, ordonnée et concertée.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

02 janvier 2019
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique