Rencontre d’échanges entre le Premier ministre et les Secrétaires Généraux, adjoints et Inspecteurs Généraux de Services des ministères : Pour la relance d’une administration publique efficace et performante

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, a convié hier matin, dans la salle de banquet de la primature, les Secrétaires Généraux, leurs adjoints et les Inspecteurs Généraux de Services (IGS) des ministères à une rencontre d’échanges. Cette dernière qui intervient à l’orée de l’année 2019 vise essentiellement à chercher ensemble les voies et moyens permettant d’insuffler une dynamique nouvelle au sein de l’appareil administratif nigérien. Le diagnostic de l’administration publique a relevé malheureusement un certain nombre de comportements qui freinent la performance de l’administration et par effet d’entrainement annihilent l’efficacité de l’action gouvernementale. C’est dire que la présente réunion d’échanges espère amorcer la relance irréversible d’une administration publique nigérienne à même de répondre aux préoccupations fondamentales de l’Etat qui sont celles de servir le peuple nigérien.

Cette rencontre s’est déroulée en présence de la ministre de la Fonction Publique et de la Reforme administrative, Mme Kaffa Rakietou Christelle Jackou, du Haut Commissaire à la Modernisation de l’Etat ; de l’Inspecteur Général de la Gouvernance Administrative et du Coordonnateur de la Cellule d’Analyses des Politiques Publiques et de l’Evaluation de l’Action Gouvernementale. Cet exercice a été certes fastidieux pour avoir duré trois heures d’horloge, mais il a permis quand même d’écouter et d’entendre les uns et les autres autour d’une préoccupation commune qui est celle du développement du Niger à travers le travail.

En guise d’introduction, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a précisé que le Niger a instauré il y a quelques années le système de la planification de son développement. C’est à ce titre que le gouvernement de la 7ème République s’est toujours doté d’un Plan de Développement Economique et Social. Dans la même veine, le gouvernement a adopté beaucoup de reformes dont la principale est incontestablement l’institution du budget programme. Toutefois, la réussite du Plan de Développement Economique et Social et les reformes engagées par le gouvernement ne sauraient être effectives sans une administration efficace et compétitive. Mais à l’épreuve des faits, le constat est tout simplement dramatique. L’administration publique nigérienne donne une image déplorable. Par conséquent, ‘’ vous êtes les premiers (les secrétaires généraux) à être interpellés. Qu’est-ce qui se passe ? Des années et années, on déplore des mauvaises pratiques dans notre administration notamment l’inefficacité ; l’absentéisme ; les retards ; le peu de performance, etc. en dépit des compétences recrutées dans la fonction publique et de l’acquisition d’équipements. Nous ne sentons pas cette dynamique en continu en termes de résultats de façon globale’’, a relevé le Premier ministre.

C’est là le tableau lamentable de l’administration publique du Niger. C’est dire qu’il appartient donc à la tête pensante (les secrétaires généraux) des ministères de changer cette image. ‘’ Nous avions à l’époque demandé à toutes les administrations de se ressaisir en instaurant un système de contrôle et de suivi. Un moment, les instructions semblaient donner satisfaction. Mais aussitôt après, on est retombé dans les mêmes pratiques’’, a rappelé le Premier ministre avant d’insister sur le fait qu’il est tenu conformément à la responsabilité qui est la sienne de répondre à son cahier de charge en remettant l’administration au travail. Cet exercice est valable pour chacun de nous en fonction de la responsabilité dont il est investi. ‘’ Je souhaite qu’il y ait un regain de prise de conscience au niveau des plus hauts responsables que vous êtes’’, a estimé le Chef du gouvernement tout en ajoutant qu’il faut un changement profond et irréversible dans le comportement à l’objectif recherché.

Quant au Haut Commissaire à la Modernisation de l’Etat, M. Amadou Saley Oumarou, l’Inspecteur Général de la Gouvernance Administrative Yahouza Issoufou et le coordonnateur de la Cellule d’Analyses des Politiques Publiques et de l’Evaluation de l’Action Gouvernementale (CAPEG), M. Abdoulahi Garba, ils ont tour à tour pris la parole pour expliquer le dysfonctionnement de l’appareil administratif public nigérien sur la base des rapports et des échanges lors des réunions.

A l’issue de ces échanges interactifs, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a demandé au Haut commissaire à la Modernisation de l’Etat et au Coordonnateur de la CAPEG d’élaborer la synthèse de cette rencontre en intégrant les recommandations y afférentes.

Hassane Daouda(onep)

28 décembre 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique