Deuxième session ordinaire du parlement des jeunes à Dosso : Des débats sur plusieurs questions d’actualité en lien avec la jeunesse

La deuxième session ordinaire du parlement des jeunes au titre de l’année 2018 a débuté ses travaux le lundi 24 décembre dernier à Dosso. Pendant quatre jours, les jeunes parlementaires se pencheront sur des questions d’intérêt. Il s’agit notamment de la mise en œuvre des recommandations faites à l’Etat du Niger sur la Convention sur les droits de l’enfant (CDE) et la Convention africaine sur les droits et le bien être de l’enfant (CADBE), l’entreprenariat comme palliatif aux problèmes d’emploi des jeunes ; le trafic des humains : le cas particulier des enfants et des jeunes. Les débats porteront aussi sur le dispositif national de la sécurité alimentaire ; défis et perspectives avec la Haut Commissariat à l’Initiative 3N et l’initiation des jeunes aux techniques de la rédaction administrative.

La cérémonie d’ouverture a été placée sous le haut patronage de la présidente du parlement des jeunes Mlle Yasmina Aboubacar Yacouba en présence du 3ème vice-président de l’Assemblée Nationale M. Ayouba Hassane, du président du réseau parlementaire nigérien sur les questions relatives aux parlements des jeunes et la protection de l’enfant M. Idrissa Maidagi, des députés nationaux, des autorités administratives de Dosso et de nombreux invités.

Dans le discours d’ouverture de la session, la présidente du parlement des jeunes a indiqué que le parlement des jeunes constitue une parfaite illustration d’un cadre d’apprentissage pédagogique de la démocratie qui éveille et cultive chez les jeunes, l’esprit de paix et de tolérance. L’année en cours a souligné MlleYasmina Aboubacar est, comme toutes les autres, pleine de défis. C’est pourquoi elle a formulé les vœux que leurs efforts soient couronnés de succès dans leurs études. Elle devait par la suite suggérer que soit engagée une réflexion sur la problématique de la participation des jeunes non scolarisés à la vie publique. A cet effet, elle a espéré trouver compréhension et soutien des plus hautes autorités de notre pays.

Pour sa part, le 3ème Vice-président de l’Assemblée Nationale M. Ayouba Hassane a rassuré les jeunes parlementaires de la disponibilité de l’Assemblée Nationale à les accompagner dans leur quête d’information et de formation pendant et après leur mandat. A cet effet, il s’est réjoui de la création de l’association des anciens députés juniors au sein de laquelle ils auront à capitaliser et à développer les expériences acquises au profit de leurs jeunes frères. M. Ayouba Hassane a invité les jeunes parlementaires à accompagner l’Etat au moyen de la sensibilisation pour l’entretien des importants investissements réalisés, à l’occasion de la fête tournante du 18 décembre à Zinder, au profit de la jeunesse nigérienne.

Parlant de la sécurité, le 3ème vice-président de l’Assemblée nationale a adressé les félicitations et le soutien de l’Assemblée Nationale aux forces de défense et de sécurité qui mènent quotidiennement un combat permanent contre les forces du mal et a adressé, au nom de l’institution et des jeunes parlementaires, les condoléances de la représentation nationale aux familles endeuillées. M. Ayouba Hassane a espéré que des discussions et échanges sortiront des recommandations pertinentes allant non seulement dans le sens de la poursuite de l’amélioration des conditions de vie et d’étude des jeunes mais aussi dans le sens de la responsabilisation et de la sensibilisation de la jeunesse nigérienne face au phénomène de la migration clandestine.

Quant au président du réseau parlementaire en charge des jeunes M. Idrissa Maidagi, il s’est appesanti sur la mission du réseau qui est d’œuvrer dans le cadre de la mobilisation et la participation de notre jeunesse à l’œuvre de construction nationale, au respect des valeurs et des droits de l’enfant, des libertés fondamentales et des pratiques démocratiques.

Au cours de leur mandat de deux ans a indiqué M. Idrissa Maidagi, les jeunes parlementaires se réunissent deux fois par an en sessions ordinaires pendant le mois d’août et décembre pour discuter des sujets d’intérêt général concernant la jeunesse et se familiariser avec les actions engagées par les plus hautes autorités nationales. Il s’agit pour eux a-t-il précisé de s’initier à la procédure législative et à la conduite des débats parlementaires et connaitre les concepts qui sous-tendent les pratiques démocratiques et sociales. Le parlement des jeunes demeure donc une source de formation véritable pour cette frange de la population en vue de la préparer à assurer ses devoirs dans l’œuvre de l’édification nationale. Auparavant, le gouverneur de la région e Dosso M. Moussa Ousmane et le maire de la commune urbaine de Dosso M. Idrissa Issoufou se sont réjouis de la tenue, dans la cité des Djermakoyes, de cette session ordinaire.

Mahamane Amadou ANP-ONEP/Dosso

26 décembre 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique