Message du président de la CNDH relatif à la Journée Internationale des Droits de l’Homme : «Les principes inscrits dans la DUDH sont tout aussi pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient en 1948», estime Pr Khalid Ikhiri

A l’instar des autres pays, le Niger a célébré hier 10 décembre 2018, le 70ème anniversaire de la Journée Internationale des Droits Humains sous le thème « Défendez vos Droits, Stand-Up 4 Human rights ». A cette occasion, le président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) Pr. Khalid Ikhiri a choisi Dosso pour livrer son message.

Cette commémoration est faite non seulement en reconnaissance de la vision éclairée des bâtisseurs de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) mais aussi et surtout pour prévenir les drames antérieurement vécus par l’humanité. Le président de la CNDH a rappelé à cet effet la coïncidence de cette célébration du 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme avec le 70ème anniversaire de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, le 25ème anniversaire de la déclaration et programme d’action de Vienne, le 20ème anniversaire de la déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme et le 20ème anniversaire du statut de Rome et de la Cour Pénale Internationale.  

Parlant du thème de cette année, le Pr. Khalid Ikhiri a indiqué que cela fait aujourd’hui 70 ans qu’est née sur les cendres des pays dévastés par la deuxième guerre mondiale, la Déclaration des Universelle des Droits de l’Homme. L’objectif visé a-t-il souligné, était alors non seulement de doter les peuples du monde entier d’un outil solide de règlement des conflits mais aussi et surtout les épargner des souffrances de toutes sortes. Mieux encore, a précisé le président de la CNDH, la DUDH, c’est des valeurs universelles, un idéal et une boussole pour l’humanité en vue de poser les jalons d’un monde meilleur, un monde plus juste, un monde plus digne, un monde où les 17 objectifs du développement durable seront effectifs conformément à l’agenda 2030 et dont 92% des 169 cibles sont liées aux droits de l’homme.

« La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme nous responsabilise et nous interpelle tous pour améliorer l’accès aux droits inaliénables » a rappelé le Professeur Khalid Ikhiri. Les principes qui y sont inscrits sont tout aussi pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient en 1948. « Nos devons défendre nos droits et ceux des autres » a ajouté le président de la CNDH. M. Khalid Ikhiri a indiqué que la CNDH jouera sa partition en veillant à tout prix à ce que chaque citoyen et chaque citoyenne puissent jouir de leurs droits civils, politiques, sociaux, économiques, culturels et environnementaux tels que consacrés par les instruments juridiques internationaux, régionaux et notre loi fondamentale.

Au Niger, en dépit des efforts déployés, ce 70ème anniversaire intervient dans un contexte fortement marqué par la persistance des défis sécuritaires, humanitaires, sociaux, économiques et de justice. C’est pourquoi, le président de la CNDH a eu une pensée particulière aux soldats tombés sur le champ d’honneur, à leurs veuves et orphelins, aux migrants, aux personnes privées de liberté, aux enfants dont le droit à l’éducation, à la santé et à l’alimentation ne sont pas effectifs ainsi qu’aux jeunes sans emplois, aux femmes victimes de violences et aux filles déscolarisées et victimes de mariage forcé.

Mahamane Amadou ANP-ONEP/Dosso      

11 décembre 2018
Source : http://www.lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique