Forfaitt-ORANGE-4G

Présidence du CPR-Inganci : Kassoum Moctar suspendu

Kassoum-Moctar-INJS.jpgLa crise qui s’est emparée du CPR-Inganci risque d’emporter le Président Kassoum Mahamane Moctar qui fait de plus en plus l’objet d’une sérieuse contestation au sein de sa formation politique. Depuis quelques mois, ce jeune parti qui a réussi à se faire une place de choix sur l’échiquier politique est sous les projecteurs de l’actualité nationale. Il traverse une étape tumultueuse qui fait dire à de nombreux analystes qu’un air de règlement de comptes entre certains militants plane sur le parti. Si le tiraillement perdure, le président Kassoum risque de perdre la présidence de ce parti qui ne dispose pas de statuts et règlements intérieurs définitivement adoptés.

La crise que traverse le CPR-Inganci est perceptible au niveau des conventions régionales de Maradi, Niamey et Tillabéri. Toutes ces structures bouillonnent. Elles sont en effervescence depuis que le Président du CPR-Inganci a cru pouvoir agir à sa guise en prenant seul toutes les grandes décisions qui engagent la vie du parti. De nombreux militants à l’image du Secrétaire Général du parti qui a rendu le tablier il y a de cela quelques mois reprochent à Kassoum Moctar son manque de transparence dans la gestion du CPR-Inganci. Pire, depuis sa nomination en qualité de Ministre il excelle dans un indicible zèle.

Cette attitude longtemps décriée par les militants a débouché sur la création de deux bords antinomiques au sein du parti. L’aile dissidente qualifie la gestion de Kassoum de ‘’patrimoniale ‘’. Pour ses pourfendeurs, il a non seulement fait de cette formation politique un instrument pour sa promotion mais également un fonds de commerce. Pire, il profite de l’absence de transparence dans la gestion du parti pour se livrer à des nominations fantaisistes. C’est tout ce chapelet de maux que les militants reprochent au ministre Kassoum qui justifie sa suspension pour une durée d’une année.

Rappelons qu’après l’exclusion temporaire du député Kabirou du CPRInganci, la situation s’est dégradée. Elle avait occasionné la création d’un Comité national de crise qui s’est donné pour mission de remet tre de l’ordre dans le parti. Ainsi, le dimanche 2 décembre dernier, ce comité s’est réuni à Niamey pour dé- cider du sort de certains militants. Après un examen minutieux du chaos dans lequel le parti est plongé, le comité a porté le chapeau de la situation sur le Président qui brille dans des agissements qui mettent en péril la cohésion des militants. Il est, selon le comité de crise, le seul responsable de la situation que traverse le parti.

Les membres du comité accusent en effet le sieur Kassoum de manœuvres ‘’d’escroquerie et de tromperies’’ menées à l’endroit des autres formations politiques au nom du CPR-Inganci. Il use de l’absence de structures formelles pour être le représentant du parti partout et en tout lieu.

En conséquence, le comité de crise a décidé de suspendre Kassoum Mahamane Moctar de la Présidence du parti pour une durée d’un an. Il ne saurait aussi engager le parti dans ces actes privés et politiques.

Par ailleurs, le comité national de crise mis en place présidé par le dé- puté Ibrahim Maidagi Kabirou est chargé d’assurer les affaires courantes du parti en attendant la ténue d’un congrès extraordinaire. Les membres dudit comité seront désormais les seuls interlocuteurs et représentants du parti auprès de la MRN et toutes autres instances politiques et/ou administratives ainsi que tout autre partenaire.

Tout en réitérant son appartenance à la MRN, le comité de crise a rejeté la dissolution de la convention régionale de Niamey et ‘’l’exclusion’’ ou ‘’suspension’’ de certains militants dont, entre autres, le député Ibrahim Maidagi Kabirou. A cette allure, Kassoum Mahamane Moctar aura du mal à imposer un code de conduite au sein du parti. Il est boudé par une grande partie des militants.

M.H

07 décembre 2018
Source :  L'Actualité

Imprimer E-mail

Politique