Orange Money 300%

Plateforme : Le FRDDR et le FP exigent l’arrêt de la politique de débauchage des militants de l’Opposition

Image d'illustrationPREAMBULE
Considérant, à quelques exceptions près que depuis l’avènement de la dé- mocratie dans notre pays, le Niger a organisé des élections consensuelles et apaisées reconnues par tous les acteurs nationaux et la communauté internationale comme crédibles et respectueuses de la légitimité du suffrage universel et ce, jusqu’en 2011 ; Considérant le refus du pouvoir d’organiser les élections locales, violant par là même le principe cardinal sur lequel repose la gestion de l’Etat fondée sur la déconcentration et la décentralisation ;

Considérant que les élections législatives et présidentielles de février et mars 2016 ont connu des fraudes massives organisées à grandes échelles par le principal parti politique au pouvoir ;

Considérant que cette parodie électorale aurait pu déboucher sur des troubles préjudiciables à la cohésion et à l’unité nationales, n’eût été le sens de retenue et de responsabilité dont ont fait preuve les leaders et les partis politiques en compétition;

Considérant que le dialogue politique est l’expression même de la vitalité d’une démocratie gage de paix et de développement et qu’il conditionne notre survie en tant que Nation ; Considérant que le Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), cadre d’échange et outil de prévention et de règlements de conflits politiques est devenu un instrument au service d’un seul parti politique ; Considérant que pour en arriver là, le régime, dès son avènement au pouvoir a mis en œuvre une stratégie de démantèlement systématique des fondements de la démocratie et de l’Etat de droit ; Considérant les consé- quences néfastes induites par la situation créée depuis l’avènement de la VIIème République dont entre autres : 1. Une insécurité grandissante qui menace gravement l’intégrité du territoire national,

2. Une piètre gouvernance caractérisée par :

L’expansion de la corruption dans toutes les sphères de la vie sociale ;

• Le « tutellage » de l’impunité ;

• La généralisation des crimes économiques et du trafic en tous genres ;

• L’exclusion des militants de l’Opposition à tous les niveaux ;

• La confiscation des libertés individuelles et collectives ;

• Le harcèlement permanent des militants de l’Opposition et des acteurs de la société civile ;

• L’iniquité dans les services et médias publics ;

• La violation des libertés d’opinion, d’association et de presse ;

• L’incitation à la médiocrité ;

• Les velléités d’imposition d’un code électoral taillé sur mesure.

• Considérant qu’au vu de tout ce qui précède il s’avère impérieux et urgent que les conditions soient créées pour rétablir la confiance entre nigériens d’une part, et entre ceux-ci et les pouvoirs publics d’autre part,

Nous,

Front Patriotique (FP),

Front pour la Restauration de la Démocratie et la Défense de la République (FRDDR) Répondant au nom de l’Opposition Politique Nigérienne :

 i. Exprimons individuellement et collectivement,

notre détermination à mettre le pays à l’abri de tout risque de crise post-électorale aux conséquences économiques et sociales imprévisibles ;

ii. Adoptons la présente plateforme qui résume nos points d’accord sur les principes communs et les valeurs par âgées ;

iii. Adhérons à la défense de cette plateforme notamment dans ses aspects spécifiques ci-dessous :

1. Au plan Sécuritaire

La préservation de l’intégrité du territoire et la souveraineté nationale ;

• La prise des dispositions urgentes pour assurer la sécurité des personnes et des biens ;

• L’engagement d’une lutte sans merci contre les réseaux des narcotrafiquants, des blanchisseurs et autres malfrats.

2. Au plan de la gouvernance

Le respect par le chef de l’Etat de ses obligations constitutionnelles, en se mettant notamment au-dessus des partis politiques ;

•Le respect des libertés individuelles et collectives, d’opinion, de manifestation et de presse ;

• L’égalité des citoyens devant la loi ; • L’accès libre et équitable aux médias d’Etat ;

• La réforme du système judiciaire pour une indépendance réelle de la Justice ;

• La neutralité de l’Administration et la garantie d’un service public de qualité ;

• Le respect des droits de l’Opposition ;

• L’arrêt de la politique de débauchage des militants de l’Opposition à travers l’attribution des postes, des marchés, et la cessation des opérations de corruption ou d’assujettissement des consciences aux moyens de chantages divers ;•

L’arrêt des harcèlements contre les militants de l’Opposition.

• 3. Au plan du dialogue politique

La réhabilitation du Conseil National du Dialogue Politique.

4. Au plan des Elections

L’adoption d’un Code électoral consensuel, garantissant l’Organisation des élections crédibles, inclusives et apaisées, conformes aux standards internationaux.

C’est pourquoi :

1. Nous exigeons du gouvernement l’organisation sans délai d’un dialogue inclusif regroupant les représentants des acteurs sociaux politiques (Partis politiques, Syndicat, Société Civile).

2. Nous invitons toutes les forces sociales de ce pays à se mobiliser pour le salut de la République.


Fait à Niamey le 24 Novembre 2018

Ont signé :
Pour le Front Patriotique (FP) M. Garba Hamballi Daouda
Pour le Front pour la Restauration et la Défense de la Démocratie et de la République (FRDDR) M. Falké Bacharou "

 

Imprimer E-mail

Politique