Orange Money 300%

La critique constructive comme socle de l'émancipation du Niger et de l'Afrique en général : Par le Prof.Dr. Sahidi Bilan

La critique constructive comme socle de l'émancipation du Niger et de l'Afrique en général : Prof.Dr. Sahidi BilanProf.Dr. Sahidi BilanComme nous le savons tous, le 18 è siècle en Europe a été dénommé le siècle des lumières (Aufklärung). Ce siècle a consacré la foi en la Raison, matrice de l'émancipation de l'homme de l'homme et de la nature. La Raison doit être le principe directeur de toutes les activités de l'homme. Rien ne doit être accepté qui n'obeit pas aux principes rationnels. Tout doit passer sous le crible de la Raison. Autrement dit, il s'agit du refus ostensible de l'obscurantisme, de l'arbitraire et l'affirmation de la souverenaité de la Raison. Ce mouvement émancipateur a donné naissance aux droits de l'homme, à l'Ètat de droit, la laïcité bref à l'égalité et la liberté en Europe. L'émancipation du Niger et de l'Afrique passera nécessairement par le triomphe de la Raison vigilante et insomniaque.
Au demeurant, le gouvernement nigérien s'est assigné un programme ambitieux qu'il appelle la Renaissance culturelle. Elle se veut, en substance, comme la modernisation de la politique, la société et de l'économie. La modernisation signifie la rationalisation de tous ces secteurs. Rien ne doit être laissé à l'arbitraire, au subjectivisme et au particularisme. Notre rapport à ces secteurs doit être critique et rationnel. Il faut le dire ce programme exige de nous pour son effectivité une veille de la raison vigilante et l'exercice de l'autonomie de la pensée. La critique constructive de la politique, l'économie et la société n'est jamais de trop et tout effort d'intimidation est inopérant est contre productif. C'est à ce prix que l'émancipation et la modernité nigérienne et de l'Afrique en général seront réalisées.
Encourageons alors les débats contradictoires et sains.
Pour conclure, un clin d'oeil à Montesquieu:

"Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir. »1012
MONTESQUIEU (1689-1755), L’Esprit des Lois (1748)."



Pour paraphraser Goya, disons que le pouvoir de la Raison empêche et prévient l'éveille des monstres.

Prof.Dr. Sahidi Bilan

 

Imprimer E-mail

Politique