Orange Money 300%

Séminaire de formation au Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Renforcement de capacité des participants sur le cadre juridique de l’audiovisuel dans le nouveau contexte de la TNT

Les membres du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) sont en séminaire de formation, depuis hier matin, à Niamey. L’objectif assigné à cet atelier est le renforcement de capacité des participants sur le cadre juridique de l’audiovisuel dans le contexte de la radiodiffusion numérique. Le séminaire étalé sur trois jours enregistre la participation de la délégation du Conseil Supérieur de la Communication du Burkina Faso, conduite par son vice-président, M. Abdoul-Aziz Bamago.

Le Burkina Faso, à l’instar du Niger, est engagé dans le processus de la Télévision Numérique Terrestre (TNT). Ainsi, ce séminaire se veut être un cadre idéal d’échanges d’expériences. Le thème du séminaire: «cadre juridique et institutionnel de communication audiovisuelle face à l'avènement de la radiodiffusion numérique», est d’un intérêt commun pour les instances de régulation des deux pays. Selon Dr. Sani Kabir, président du CSC du Niger, c’est une étroite collaboration qui a toujours existé entre les deux institutions, et qui se consolide davantage à travers les différents réseaux partagés, à savoir: le Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication (RIARC); le Réseau Francophone des Régulateurs des Médias (REFRAM) et la Plateforme des Instances de Régulation des Médias des pays membres de l'UEMOA et de fa Guinée.

D’après Dr. Sani Kabir, pour cette formation, il a été requis l'expertise de trois consultants qui vont entretenir les participants sur les bouleversements qu'induira le passage à la télévision Numérique Terrestre. Ainsi, le renforcement de capacité, en prélude à cette mutation, révèle la vision préventive d’assurer une régulation adaptée et efficace. «Face à cet enjeu majeur, les objectifs spécifiques de la formation sont de permettre au collège des conseillers et au personnel administratif et technique du CSC de mieux appréhender: les contextes politique, technologique, juridique et institutionnel, et le contenu de la nouvelle réglementation de la communication audiovisuelle, notamment la segmentation des différentes activités, leurs régimes juridiques; les procédures d'autorisation et des instances compétentes; les interrelations entre les différents acteurs impliqués, notamment entre les opérateurs et les   régulateurs,   entre   les opérateurs des différents segments d'activités; le processus de passage de la télévision analogique à la télévision numérique; et les rôles et les obligations de chacun des acteurs impliqués », a mentionné le président du CSC, Dr. Sani Kabir. Aussi, il a remercié le Gouvernement, qui a non seulement conduit minutieusement et avec diligence le processus de migration vers la TNT mais aussi pour avoir facilité l’organisation du séminaire.

Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)

26 novembre 2018 
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique