Orange Money 300%

Kassoum Moctar et son permis à tout faire : Le ministre de la Jeunesse et des Sports déait un décret par un arrêté

Kassoum Moctar INJS

Il y a trois semaines, Le Courrier publiait un article sous le titre « Du rififi à l’INJS – Kassoum Moctar, dans ce qu’il sait faire de mieux ». Dans cet article consacré aux micmacs du ministre de la Jeunesse et des Sports, égal à sa réputation de ministre sulfureux qui traîne des dossiers partout où il passe, Le Courrier a mis à nu ses manœuvres au niveau de l’Institut de la jeunesse et des sports (INJS) où un détournement de 103 millions a été constaté à l’issue d’une vérification. Kassoum Moctar, qui a signé un arrêté pour suspendre le Directeur général, pourtant nommé par décret, ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il a renouvelé, et ses menaces et ses actes d’abus de pouvoir à l’endroit de ce fonctionnaire qui a ignoré son arrêté, en réalité sans aucune valeur juridique pouvant lui être opposable. Le 16 novembre 2018, il lui a adressé une correspondance portant en objet « Interdiction ». Dans cette lettre, Kassoum Moctar dit avoir constaté que malgré son arrêté de suspension, le directeur général continue d’occuper son bureau. Il le somme alors de ne plus mettre les pieds à l’INJS et de ne plus agir au nom de l’institution jusqu’à la fin de l’enquête administrative et judiciaire en cours.

Et comme il poursuit simplement l’objectif de placer un de ses poulains à la tête de l’INJS, Kassoum s’est permis, sans attendre, lui, la fin de l’enquête administrative et judiciaire qu’il a opposée au directeur général, de signer, le 15 novembre, soit la veille de la sommation à sa victime, deux arrêtés presque consécutifs : le premier pour nommer un secrétaire général ; le second, pour nommer le tout nouveau secrétaire général, Directeur général par intérim. Kassoum Moctar, assurément, est une plaie pour la République. Pour la première fois ministre dans un gouvernement qu’il n’y a aucune fierté à évoquer, Kassoum Moctar est apparemment au sommet de son art. Il ne se gêne plus, ne plus de gants et affiche scandaleusement son permis à tout faire. Cité dans de multiples affaires liées à l’argent, ce garçon file certainement du mauvais coton. Si les paradigmes de gouvernance changent, il est certain que Kassoum retournera à.....

ALPHA

26 novembre 2018
Source : Le Courrier

 

Imprimer E-mail

Politique