Orange Money 300%

Assemblée nationale/Journée parlementaire d’information sur la domestication de la convention de Kampala sur les déplacements internes en Afrique : Outiller les parlementaires sur la convention de Kampala adoptée par l’Union Africaine en 2009

En prélude à l’examen d’un projet de loi sur les personnes déplacées internes au Niger qui sera soumis très bientôt pour adoption à l’Assemblée nationale, le Ministère de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, en collaboration avec l’UNHCR a organisé samedi dernier, une journée parlementaire d’information sur la convention de Kampala. Cette convention adoptée par l’Union Africaine et à laquelle le Niger a souscrit, porte sur les déplacements internes en Afrique. L’objectif de cet atelier est d’outiller les députés sur cette question. Les travaux de la journée ont été présidés par le 4ème Vice-président de l’Assemblée nationale, M. Souley Idi, en présence de M. Laouan Magagi, ministre en charge de l’Action Humanitaire, de M. Barkaï Issouf, ministre chargé des relations avec les institutions et de plusieurs invités.

Les déplacements internes des personnes engendrent un lourd fardeau socioéconomique à notre pays. Il est donc urgent pour le Niger, à l’instar des autres pays du monde, de se doter des instruments juridiques aptes à mieux protéger les personnes déplacées internes en raison de la précarité et de la vulnérabilité de leur état. Dans son intervention, le 4ème Vice président de l’Assemblée nationale, M. Souley Idi a rappelé que le Niger a ratifié la loi n°201216 du 17 avril 2012, la convention de 2009 sur les personnes déplacées internes, appelée communément convention de Kampala. Pour lui, cette journée d’information s’inscrit dans le cadre de l’approche inclusive et participative afin de partager, le plus largement possible, le projet de loi en voie d’examen, en raison des préoccupations sécuritaires engendrant depuis quelques années des déplacements massifs des populations dans les zones exposées à l’insécurité et aux conflits.

Selon le ministre en charge de l’Action humanitaire, le principal objectif de la convention de Kampala, est d’incorporer les obligations par la promulgation ou l’amendement de la législation pertinente relative à la protection et l’assistance aux personnes déplacées. Il y a également l’adoption des mesures politiques et de stratégies nationales appropriées au déplacement interne en tenant compte des besoins des communautés d’accueil. On note aussi la procuration des fonds nécessaires pour leur protection et l’assistance sans préjudice de la réception de l’aide internationale etc. Pour le ministre Laouan Magagi, la domestication de la convention de Kampala s’inscrit également dans la droite ligne de l’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou de « renforcer l’application des cadres juridiques et des principes humanitaires adoptés par la communauté internationale, en offrant protection et assistance aux réfugiés, aux déplacés, aux migrants et aux personnes en insécurité alimentaire et nutritionnelle, avec empathie et humanité ».

Au cours des travaux un consultant international a présenté aux participants la convention africaine sur l’assistance aux personnes déplacées et le contenu saillant du projet de loi portant protection et assistance aux personnes déplacées internes au Niger et en Afrique. Quant au représentant de l’UNHCR, il a présenté le plaidoyer sur la situation de ces personnes déplacées au Niger. Selon les données de la Direction de l’Etat Civil et le Cluster protection, le Niger compte plus de 140.000 personnes déplacées internes dans les régions de Tahoua, de Tillabéri et de Diffa.

Seini Seydou Zakaria(onep)

26 novembre 2018 
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique