Orange Money 300%

Le représentant permanent de la CEDEAO, le nigérien Garba Lompo accusé de manigance au profit du régime de Faure Gnassingbé

Le représentant permanent de la CEDEAO, le nigérien Garba Lompo accusé de manigance au profit du régime de Faure Gnassingbé

Depuis quelques mois, l’ancien ministre de la justice et ancien président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales (CNDH LF) au temps de l’ancien Président de la République Tandja Mamadou, et aujourd’hui, représentant permanent de la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) basé à Lomé au Togo, Garba Lompo, est sur toutes les lèvres des togolais et de certains présidents de la sous-région.

En effet, certains acteurs politiques et principalement les médias togolais, l’accusent ouvertement à tort ou à raison, de s’inviter au nom de la CEDEAO, au fur et à mesure, notamment dans la crise politique que traverse actuellement le Togo, noyant au passage toutes les aspirations du peuple togolais, au profit exclusif du régime de Faure Gnassingbé.

Un régime que les togolais qualifient aujourd’hui, de cinquantenaire. L’ancien minisre de la justice Garba Lompo utilise d’après les accusateurs, son menteau du représentant de la CEDEAO pour laver de tout soupçon le régime de Faure Gnassingbé, auprès notamment de la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Garba Lompo, est aussi accusé, d’avoir transformé la représentation de la CEDEAO basée à Lomé, en une organisation non gouvernementale au service du régime actuel.

D’après le site icilomé, Garba Lompo se livre à un jeu trouble et très dangereux pour les populations du Togo et de la sous-région même, en un mot, outrepasse ses prérogatives du représentant permanent de la CEDEAO. Toujours, selon ce site, Garba Lompo fait ouvertement de la rétention des courriers appartenant à l’opposition togolaise pour des motifs qui lui sont propres et renseigne pour la circonstance le régime de Faure Gnassingbé des échanges et autres discussions secrètes qu’il tient avec les acteurs de la société civile et politiques du pays.

En claire, un véritable « munafiki », en langue haoussa de chez nous.

Le cas de Garba Lompo rappelons-le, a fait l’objet d’une réunion il y a quelques jours, entre la principale coalition de l’opposition togolaise (C14) et le Président Alpha Condé, le facilitateur.

Au cours de cette réunion, la C14 a informé Alpha Condé des actions que mène Garba Lompo et qui sapent les efforts liés à la réconciliation des togolais.

Le président Alpha Condé devait par la suite rassurer la C14, que le cas de Garba Lompo sera très bientôt réglé. Dores et déjà, la C14 a annoncé qu’elle ne participera pas aux législatives du mois de décembre prochain, tant que le cas de Garba Lompo ne sera pas réglé.

Toujours d’après le site icilomé, les autorités nigériennes suivent attentivement l’affaire qui soulève une autre, cette fois ci,au sujet de l’emprisonnement d’un fournisseur de riz qui aurait payé plus de 100 millions de FCFA pendant que Garba Lompo était ministre de la justice, pour recouvrer sa liberté. Le site écrit que la justice veut connaitre la véracité des faits.

Face à cette situation inquiétante, la CEDEAO doit prendre des mesures qui s’imposent, en affectant notamment dans un autre pays Garba Lompo comme le veulent les togolais, afin que vive la réconciliation des togolais...

Aïchatou .M

21 novembre 2018
Source : Le Troisième Œil

Imprimer E-mail

Politique