Ouverture de la 8ème réunion extraordinaire du Comité Défense et Sécurité Format G5 Sahel : Le transfert du Poste de Commandement Interarmées de Théâtre (PCIAT) de la Force Conjointe, de Sévaré à Bamako, au centre de la rencontre

8eme reunion extraordinaire du Comite Defense et Securite Format G5 Sahel NiameyLe Chef d’Etat-Major des Armées, le Général de Corps d’Armée Ahmed Mohamed, a présidé hier dans la salle de réunion de l’Etat-Major, la huitième (8ème) réunion extraordinaire du Comité Défense et Sécurité Format G5 Sahel. Il s’agit à travers cette rencontre, qui a regroupé les Chefs d’Etat-major des pays membres du G5 Sahel, de définir les modalités pratiques du transfert du Poste de Commandement Interarmées de Théâtre (PCIAT) de la Force Conjointe du G5 Sahel de Sévaré à Bamako, pour que la Force conjointe puisse atteindre dans les meilleurs délais la pleine capacité opérationnelle et renouer avec un rythme opérationnel qui permette de conserver l’initiative et d’obtenir l’ascendant sur l’ennemi.

Dans son allocution d’ouverture, le Chef d’Etat-major des Armées, le Général de Corps d’Armée Ahmed Mohamed, a d’abord évoqué la situation sécuritaire qui prévaut dans la Zone d’opération de la Force Conjointe du G5 Sahel. En effet, explique le Chef d’Etat-major des Armées, si la situation sécuritaire est jugée globalement calme à l’Ouest et à l’Est de l’espace G5 Sahel, elle demeure préoccupante et volatile au Centre. Ce fuseau est le point de concentration actuel de la violence car, en dépit de tous les efforts individuels et collectifs que déploient les forces nationales des pays membres de la Force conjointe du G5 Sahel, la région dite des « trois frontières » entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, en somme, le Liptako-Gourma, est en passe de devenir un sanctuaire de groupes terroristes et criminels.

A cheval entre ces trois (3) pays, cette zone boisée est donc difficile d’accès et est le théâtre d’attaques, d’assassinats ciblés et d’enlèvements de plus en plus fréquents en plus des tensions intercommunautaires instrumentalisées par les groupes terroristes et criminels, déplore le Général de Corps d’Armée Ahmed Mohamed. L’attaque du Poste de Commandement Interarmées de Théâtre de Sévaré survenue le 29 juin 2018 a, selon le Chef d’Etat-major des Armées, sans nul doute hypothéqué l’opérationnalisation de la Force Conjointe du G5 Sahel qui devait atteindre la pleine capacité opérationnelle le 15 juillet 2018, conformément aux engagements pris lors de la 6ème réunion ordinaire du Comité tenue du 10 au 11 mai 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso. En parvenant à atteindre Sévaré et à occasionner des pertes en vies humaines et d’énormes dégâts matériels, les terroristes, a-t-il expliqué, ont rendu le Poste inopérant alors que la Force Conjointe était en voie d’achever sa montée en puissance.

«L’ennemi auquel nous sommes confrontés a attaqué Sévaré parce qu’il constitue une cible à haute valeur ajoutée essentielle dans la planification et la conduite des opérations de la Force conjointe », a soutenu le Général de Corps d’Armée Ahmed Mohamed. En effet, souligne-t-il, les opérations HAWBI, PAGNALI et IRGOKA conduites dans le fuseau Centre et dont les résultats très encourageants ont été prolongés dans le même fuseau par l’opération GOURMA mais aussi respectivement à l’Est et à l’Ouest par les opérations ODOSSOU et EL EMEL, ont enclenché une dynamique susceptible de déstabiliser les groupes terroristes.

Le combat contre le terrorisme, a-t-il affirmé, est un combat difficile qui s’inscrit dans la durée, mais avec la détermination commune de tous les acteurs, la Force Conjointe viendra à bout des groupes terroristes. Il a en outre réitéré l’engagement du Niger, sous l’impulsion du Président de la République Issoufou Mahamadou, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées et Président en exercice du G5 Sahel, à appuyer la Force Conjointe du G5 Sahel dans l’exécution de son mandat

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

26 octobre 2018
Source :  http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique