A la Présidence de la République : Le Chef de l’Etat préside la 18ème réunion du Comité d’Orientation de la mise en œuvre de l’I3N

A la Présidence de la République : Le Chef de l’Etat préside la 18ème réunion du Comité d’Orientation de la mise en œuvre de l’I3NLe Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a présidé hier, dans la salle de réunion du Conseil des ministres, la 18ème réunion du Comité interministériel de suivi et de la mise en œuvre (CIO) du programme de l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens). La réunion s'est déroulée en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, de plusieurs membres du gouvernement, des responsables du Haut-Commissariat à l'initiative 3N et de plusieurs autres acteurs intervenant dans le programme. A l'issue de la réunion, le Ministre, Haut-commissaire à l'initiative 3N, M. Ali Bety a tenu un point de presse pour éclairer l'opinion publique sur les points discutés lors de la rencontre.

Le Ministre, Haut-commissaire à l'initiative 3N a indiqué d’abord que cette rencontre périodique vise à faire le point, au Président de la République, des activités jusque-là menées pour la prise de mesures nécessaires à la bonne marche de l’Initiative. Trois principaux points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette 18ème réunion, à savoir le suivi de la mise en œuvre des recommandations du CIO du 12 juillet 2018, la situation de la campagne agro-sylvo-pastorale au 30 septembre et l’état d’avancement des cibles du programme de Renaissance II dans son volet Initiative 3N, au 30 septembre 2018.

Concernant le premier point, relatif à la situation agro-pastorale au 30 septembre 2018, le Haut-Commissaire à l’I3N a indiqué que la pluviométrie a été excédentaire, car le cumul, comparé à celui de l’année dernière est normal à excédentaire sur 95% des postes suivis. Quant au cumul pluviométrique saisonnier, il a oscillé entre 272 et 1157 mm et, est excédentaire sur 54% des postes suivis comparativement à la moyenne sur la période 1981-2010, (30 ans). Au plan agricole, selon M. Béty, les cultures dans leur ensemble (mil, sorgho, niébé et arachide) sont en majorité au stade de maturité sur l’ensemble des régions du pays. L’approvisionnement des marchés est satisfaisant pour presque tous les produits, excepté en sorgho du fait du retard accusé dans sa maturité. Ces prix sont en baisse par rapport à ceux de la même période de l’année passée et de la moyenne des cinq dernières années (respectivement -8% et -2%).

« Toutefois, la situation phytosanitaire a été marquée par la persistance des infestations dues aux insectes floricoles sur le mil au stade floraison-début grenaison dans une dizaine de départements, et quelques foyers de sautereaux dans les départements de Bosso, de Diffa, de Dakoro, d’Aguié, de Mayahi, de Tessaoua, d’Abalak, de Tchintabaraden, de Tahoua et de Madaoua. De même, on a signalé des attaques de la chenille mineuse de l’épi du mil dans les départements de Boboye, de Bouza, de Tahoua, d’Ayorou et de Tillabéri et une manifestation d’oiseaux granivores dans les départements de Tahoua, de Malbaza et de Gouré vite maîtrisée», a-t-il précisé. En termes de perspective, avec l’hypothèse haute d’arrêt des pluies au 30 septembre 2018, les pronostics de production au 31 août 2018, font ressortir au plan national des productions attendues de l’ordre de 92%. Au niveau des régions, des productions moyennes à bonnes supérieures à 80 % sont attendues dans toutes les régions sauf celle d’Agadez où la production serait de l’ordre de 68%. Toutefois, 2315 villages répartis au niveau de l’ensemble des régions, soit 19% des villages agricoles sont considérés à risque. Les retards de semis et de croissance enregistrés, les vents de sable, les longues séquences sèches sont autant de facteurs qui sont à la base de cette situation.

Au plan pastoral, la situation est assez bonne dans l’ensemble par rapport à la campagne 2017. « Le pâturage herbacé reste disponible et bien accessible aux animaux dans presque toutes les régions aussi bien en zone agricole qu’en zone pastorale et les stades dominants varient de la maturité à l’assèchement. La situation pastorale dans les enclaves, les jachères et les forêts classées est satisfaisante à l’exception des départements de Torodi et de Say. Aussi, l’abreuvement des animaux s’effectue sans grande difficultés à partir des points d’eau de surface qui sont bien reconstituées et disposent d’un très bon niveau de remplissage. Quant aux zones peu arrosées, l’abreuvement des animaux s’effectue aussi bien au niveau des eaux souterraines qu’au niveau des points de surface », a ajouté le responsable de l’I3N.

La situation d’alimentation du bétail particulièrement difficile durant le deuxième trimestre 2018 a été vite maitrisée par un achat additionnel de 6 000 tonnes par l’Etat sur le fonds FOSEL et une mobilisation des partenaires techniques et financiers. L’état d’embonpoint des animaux varie de passable à bon au niveau de toutes les régions à l’exception de quelques localités situées dans plusieurs départements. Quant à la situation sanitaire du cheptel, elle est bonne, a estimé M. Ali Bety. « Les quelques suspicions de maladies ont été rapidement prises en charge par les services vétérinaires. Il s’agit de suspicions de foyers de pasteurelloses et de parasitoses internes et externes. Ces suspicions ont fait l’objet de prélèvements. Sur les 103 échantillons analysés par le LABOCEL, 83 ont été confirmés. La campagne gratuite de vaccination du cheptel a permis d’obtenir les résultats suivants : 3 321 698 têtes de bovins vaccinés contre la PPCB (Péripneumonie Contagieuse des Bovidés) soit un taux de réalisation de 31% ; 14 168 271 têtes de petits ruminants vaccinés contre la PPR (Peste des Petits Ruminants) soit un taux de réalisation de 61% ; 218 141 têtes de camelins vaccinés contre la pasteurellose soit un taux de réalisation de 26%. La vaccination va se poursuivre pour atteindre le taux de 80% pour la PPCB, 80% pour la PPR et 60% pour la pasteurellose cameline », a-t-il dit.

Par rapport à la recommandation sur les semences, une étude pour la mise en place d’une stratégie d’appui aux systèmes communautaires de production de semences de qualité par la mise en valeur des Centres de Promotion Rurale (CPR) et des centres régionaux semenciers pour des fins de production communautaire de semences a été réalisée. Cette étude a abouti à l’élaboration d’un programme de production de semences communautaires qui a fait l’objet d’adoption par arrêté n°304/MAG/EL/DIRCAB/SG/DGA du 29 août 2018. La mise en œuvre de cette stratégie est programmée pour 2019. Elle contribuera à partir de 2020 à combler les besoins nationaux en semences. Concernant la recommandation sur l’acquisition d’un avion pour le traitement des champs, l’appareil devrait être acheminé en Août 2018 : « la société ayant exigé le paiement intégral de la facture d’un montant de l’ordre de 635 millions FCFA, la DGPV a demandé au préalable une expertise de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) avant le payement. Il est attendu une mission de l’ANAC au Canada pour l’expertise de pré-classification le 07 novembre 2018 après quoi sera activé le processus de payement et la livraison de l’appareil », a précisé M. Bety.

Evoquant les phénomènes exceptionnels, M. Béty a rappelé que des inondations ont été enregistrées dans plusieurs localités du pays, faisant 208 416 personnes sinistrées (soient 27 864 ménages), 45 décès, 34 429 têtes de bétails décimées et 17 389 maisons effondrées). En 2017 à la même période, l’on dénombrait 193 790 personnes sinistrées (27 733 ménages), 54 pertes en vie humaine et 9 267 maisons effondrées. La région de Dosso est la plus touchée, suivie de Zinder, Maradi et Diffa. En matière de réponse, le Gouvernement et ses partenaires ont apporté des appuis divers : 705 tonnes de céréales ; 108 tonnes de lait ; 5 tonnes de sucre ; 3 tonnes d’huile ; 1,25 tonnes de sel et 12,25 millions FCFA en Cash et plusieurs kits de produits pharmaceutiques. Concernant l’appui aux populations sinistrées suite aux inondations, M. Bety a souligné qu’au cours de la période de juillet au 5 septembre 2018, 533,1 tonnes de vivres, dont du mil, du riz et des pâtes alimentaires ont été distribuées à 8.500 ménages soit 59.000 personnes sinistrées. Un appui financier de 11 050 000 FCFA a été mis à la disposition des ménages victimes des inondations dans la région d’Agadez. 14 486 unités de kits composés de couvertures, moustiquaires, nattes et tentes et des produits d’entretien divers ont été également mises à la disposition des ménages sinistrés. Toutefois la reconstruction du capital bétail nécessite l’élaboration d’un projet spécifique à soumettre aux PTF. « Un appui spécifique aux éleveurs ayant perdu leur bétail n’a pas été effectué, et est envisageable dans le cadre des programmes à concevoir», a-t-il notifié.

Concernant la question de la récupération des fonds du sucre Ramadan, le ministre a précisé que la situation de l’opération Sucre Ramadan 2018, au 30 septembre 2018, se résume comme suit : 3 000 tonnes achetées pour une valeur 1 392 500 000 FCFA ; 3120,50 tonnes mises à la disposition de la population, 2 942,23 tonnes vendues pour une valeur de 1 029 780 500 FCFA ; 872 089 875 FCFA, soit un taux de recouvrement de 84,69% ; 178,27 tonnes sont enregistrées comme stock invendu.

Par rapport au 2ème point, M. Béty a indiqué que la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2018 a été bonne voire excédentaire dans certaines régions. Pour lancer la campagne plusieurs ministres ont effectué des visites dans les différentes régions. D’une manière générale, « les missions ont constaté une bonne préparation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2018 avec la mise en place à temps d’importants

intrants et diverses autres formes d’assistance apportées aux producteurs par l’Etat et les Partenaires Techniques et Financiers ». Selon lui, à la date du 20 juillet 2018, 97,54% des villages suivis ont effectué le semis humides contre 99% en 2017 à la même période. La situation de la campagne suscite assez d’espoir avec le retour des pluies et surtout si les tendances pluviométriques, zoo-sanitaires et phytosanitaires actuellement favorables à une bonne production, se maintiennent jusqu’à la fin normale des cycles des cultures. Les missions ont permis au Gouvernement de disposer d’informations lui permettant d’anticiper sur les dispositions à prendre. « Dans toutes les localités, les Ministres ont exhorté toutes les composantes de la population, notamment les Autorités administratives, les Chefs traditionnels et les Oulémas à implorer Dieu pour qu’Il descende la paix dans notre pays et qu’Il nous gratifie d’un hivernage fécond. En plus, les Ministres ont demandé aux populations d’apporter leurs contributions à la quiétude sociale (en particulier dans le secteur scolaire) et leur soutien aux FDS dans leurs efforts de sécurisation du pays », a rappelé le responsable de l’I3N.

Sur le 3ème point, M. Béty, a indiqué que partout, les populations ont accueilli favorablement les importantes réalisations du Programme de Renaissance Acte II pour le Niger et ont demandé aux Ministres de transmettre au Président de la République et au Premier Ministre, leur gratitude et leur profonde reconnaissance pour le souci constant qu’ils ont toujours manifesté pour la sauvegarde des intérêts du Niger et des Nigériens, dans tous les domaines de la vie socio-économique, culturelle et politique.

Mahamadou Diallo

26 octobre 2018
Source :  http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique