Rencontre entre la mission du Parlement de la CEDEAO au Niger et le ministre d’Etat en charge de l’intérieur : Echanges sur la libre circulation des personnes et la lutte contre les trafics illicites

Le Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Bazoum Mohamed, a rencontré hier en fin d'après-midi dans la salle de banquets de la Primature, une délégation du Parlement de la CEDEAO conduite SE. Moustapha Cissé Lo, président dudit parlement. Il s'est agi pour le Ministre d’État, Bazoum Mohamed, au nom du Premier Ministre et Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini, d'entretenir ces hôtes sur les dispositions prises par le Niger en matière de gestion de la migration des jeunes africains qui passent le pays.

La mission de la délégation du Parlement de la CEDEAO composée de plusieurs députés de la communauté Ouest Africaine, a pour objectif d'évaluer la politique menée au Niger en ce qui concerne la migration des jeunes africains. Un échange certes bref mais constructif, a permis aux deux parties d'exprimer leurs inquiétudes et d'apporter des éclaircissements sur la libre circulation des personnes dans l'espace de la communauté CEDEAO. En effet, plusieurs constats faits sur les différents corridors de l'Afrique de l'Ouest ont permis de relever des manquements qui nuisent gravement à la libre circulation des personnes et des biens dans l'espace, et qui contribuent à racketter impunément les voyageurs qui empruntent quotidiennement les routes.

S’exprimant au nom du Premier Ministre, le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses a évoqué les innombrables efforts déployés par les autorités de la 7ème République pour d'une part protéger les candidats à la migration clandestine, et de l'autre faciliter la libre circulation des personnes et des biens sur le territoire nigérien pour les citoyens de la CEDEAO. Pour M. Bazoum Mohamed, les trafics illicites sont interconnectés, à savoir les trafics de migrants, d'armes, de drogues et de carburant. C'est pourquoi, a-t-il ajouté les autorités ont décidé de lutter contre l'économie criminelle sous toutes ses formes. Pour ce faire, les forces de défense et de sécurité nigériennes mènent des patrouilles destinées à protéger les migrants contre les trafiquants en les renvoyant dans les grandes villes où leur libre circulation et leur sécurité sont assurées.

Pour franchir les frontières du Niger vers le Maghreb, chaque personne doit présenter un visa qui lui donne le droit de rentrer dans le pays du Maghreb ciblé. Pour lutter contre les rackets sur les corridors du Niger, le ministre d’État Bazoum Mohamed a souligné que le Niger a demandé que chaque personne qui aspire à rentrer sur le territoire nigérien, présente une pièce d'identité numérique valide à la frontière. En plus de cela, les autorités nationales mènent des visites inopinées sur les corridors afin de débusquer et de châtier les agents qui entravent la libre circulation des personnes en rançonnant les voyageurs. «Près de huit personnes sont aujourd'hui radiés des rangs de la Police et de la Gendarmerie, et plusieurs autres personnes issues de la Police, de la Gendarmerie et de la Garde Nationale ont été déférées devant les tribunaux et condamnés définitivement », a conclu le Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed.

Pour sa part, le Président du Parlement de la CEDEAO, SE. Moustapha Cissé Lo, a déclaré qu'il est inacceptable que les citoyens de la communauté soient rackettés au vu et au su de tous sur les différents corridors. Il a pris des exemples flagrants de rançonnage dont il a été lui-même témoin, avant de s’appesantir sur l'entrave que constituent de tels agissements sur l’intégration régionale voulu par nos Nations. De retour de sa visite de terrain à Agadez, S.E Moustapha Cissé Lo et sa délégation remettront un document aux autorités du Niger, document qui contiendra les observations faites au cours de leur séjour au Niger, ainsi que des recommandations.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

18 octobre 2018
SOurce : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique