Fin de la visite du Ministre en charge de l’Intérieur dans la Région de Maradi : Un bataillon avec trois postes avancés sera installé à Madarounfa

Après quatre jours de visite de travail dans les communes de la région de Maradi frontalières avec le Nigéria, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Bazoum Mohamed a animé un point de presse le samedi 13 octobre dernier à Maradi. Cette visite intervient au moment où la région de Maradi fait face à la réapparition des problèmes sécuritaires, notamment des vols à mains armées, des vols de bétail à grande échelle et des enlèvements avec demande de rançon. Sur tout le long de la frontière de la région de Maradi, avec le Nigéria, c'est-à-dire de Hawandawaki (extrême est) dans le département de Tessaoua à Dan Kano (extrême ouest) dans le département de Guidan Roumji, on assiste à la même forme d’insécurité mais avec des acuités différentes, selon les zones et selon les moments.

Selon le ministre de l’Intérieur, depuis quelques mois, règne une situation d’insécurité absolument insupportable dans la commune rurale de Gabi (Madarounfa) et le village de Dan Kano dans la commune de Tibiri (Guidan Roumji), mais aussi sur une large bande frontalière avec le Nigéria où des bandits ont implanté leurs quartiers généraux. « On enregistre des incursions sur notre territoire au cours desquelles ces bandits opèrent la nuit et se replient en territoire du Nigéria » a déclaré le ministre d’Etat avant d’indiquer que dans ces deux contrées, la fréquence des vols ou rapts est de trois par semaine. «Nous y avons remédié fondamentalement depuis l’installation des patrouilles mixtes » a-t-il précisé. Avec les mesures prises par l’Etat du Niger et celui du Nigéria, notamment les opérations militaires conjointes, une accalmie certaine se dessine puisque, du témoignage des habitants de cette zones, aujourd’hui, aucune attaque n’a été signalée sur un peu plus de deux semaines.

Il faut noter que pour le cas de Madarounfa, en plus de la patrouille mixte, il y a aussi une patrouille frontalière. Nonobstant cela, et à cause de la densité de la forêt dans cette partie (un véritable sanctuaire), ces bandits se sont installés et rendent la vie impossible aux paisibles citoyens. Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, a indiqué que nos deux armées sont convenues d’une coopération opérationnelle sur le plan militaire et que depuis trois semaines, cette question est prise en charge par nos deux armées respectives sur la zone de Gabi et de Dan Kano.

Pour ce qui est du bilan de ces missions, ce ne sont pas moins de 30 bandits qui ont été tués et une dizaine d’individus faits prisonniers. Aussi, douze (12) bases de ces bandits ont été démantelées. « Nous sommes en train d’effectuer le nettoyage et les populations nous ont exprimé leur gratitude. Elles m’ont dit que cela fait très longtemps que sur 10 à 15 jours d’affilé il n’y a eu ni enlèvement de personne pour demander de rançon, ni enlèvement d’animaux à grande échelle» a confié le ministre Bazoum Mohamed.

Pour l’heure, devait-il ajouter, « nous avons désormais une maîtrise totale de la situation, nous tenons le bon bout, cela va incontestablement s’améliorer au mieux ». Pour quantifier la portée de toutes ces opérations, le ministre Bazoum Mohamed a soutenu avoir mis à profit cette visite pour faire une évaluation de cette forme d’intervention à travers les patrouilles mixtes qui existent depuis trois ans. «J’ai réuni aussi tous les préfets avec lesquels nous avons fait cette analyse qui nous a permis de tirer les conséquences». Pour pérenniser la maîtrise totale de cette bande frontalière, le ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité publique a indiqué le Président de la République en rapport avec le ministre de la défense, ont convenu de la création d’un bataillon à Madarounfa avec trois postes avancés à Dan kano, Baban Rafi, et Shirgué.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi

15 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique