Visite du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, dans la Région de Maradi : La question sécuritaire à l’ordre du jour

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique, de la Décentralisation et des affaires religieuses et coutumières, M. Bazoum Mohamed, a entamé une tournée le mercredi 10 septembre 2018 dans les communes de Maradi, frontalières avec le Nigéria. L’objectif est de s’enquérir de la situation sécuritaire et s’entretenir avec les populations sur des sujets de l’heure, notamment la cohabitation entre agriculteurs et éleveurs, l’audience foraine pour l’établissement des actes d’état civil.

Aussitôt après l’accueil à l’aéroport de Maradi, le ministre et sa délégation ont mis le cap sur la Commune rurale de Korgom, dans le département de Tessaoua. S’adressant à la foule, il a exhorté les populations à régler leurs conflits à l’amiable auprès des autorités administratives et coutumières. Pour ce qui est de l’audience foraine, il a demandé à tout le monde de se faire enregistrer pour l’établissement des actes d’état civil car

estime-t-il, le bon citoyen doit se procurer ces pièces afin de jouir de ses droits civiques. Bazoum Mohamed a aussi évoqué l’interdiction de la fraude de carburants, une décision de l’Etat à travers laquelle il engrangera l’argent qui permettra la réalisation d’infrastructures.

Une réunion sur la sécurité a réuni autour du ministre Bazoum Mohamed les chefs de villages, les conseillers municipaux, les leaders religieux. Il s’agit pour le ministre de l’Intérieur de recueillir leurs propositions sur les dispositions à prendre pour la consolidation de la sécurité dans leur commune.

Dans les communes rurales de Hawandawaki et Gangara, tout comme dans la ville de Gazaoua, le ministre de l’Intérieur a entretenu les populations des mêmes problèmes évoqués plus haut. Toutefois, il a aussi insisté sur la nouvelle forme de banditisme : il s’agit des vols à mains armées et même par enlèvement et demande de rançon.

Sur cette question il a indiqué que le chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou, et son homologue du Nigéria ont décidé de mutualiser leurs efforts pour enrayer cette forme de banditisme. Il a ajouté que les Forces de Défense et de Sécurité de nos deux pays ont ces derniers mois coordonné leurs efforts pour bien gérer la situation. «Ces efforts ont porté leurs fruits car la situation est maitrisée», a-t-il dit.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi

12 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique