Visite de travail du ministre de la Santé Publique dans la région de Zinder : «Du 1er Janvier au 30 septembre 2018, soit en neuf 9 mois, le département de Magaria a enregistré 75.000 cas de paludisme avec 123 décès», déclare Dr Idi Illiassou Maïnassara

dddimage d'illustration Le Ministre de la Santé Publique, M. Idi Illiassou Mainassara a effectué une visite de travail de trois jours dans la région de Zinder. Au cours cette, le ministre Idi Illiassou Mainassara s’est dans plusieurs structures sanitaires de la région pour constater leur fonctionnalité, apprécier la disponibilité en ressources humaines, celle des médicaments et des intrants de prise en charge du paludisme, de la malnutrition et des autres maladies d’une part. D’autre part, il s’est agi pour le ministre de la Santé publique de réagir par rapport aux informations erronées qui circulent sur les réseaux sociaux  faisant état de 298 décès liés au paludisme par mois dans le district sanitaire de Magaria, soit environ 10 décès par jour.

Au cours de sa mission, le ministre de la Santé publique a successivement visité les CSI de Bandé et de Dungass, l’hôpital de district et le CSI de Magaria et sur les différents sites où sont admis les malades victimes de paludisme. « Le département de Magaria a enregistré au bout de neuf mois 75.000 cas de paludisme du 1er Janvier au 30 septembre 2018 avec 123 décès. Le pic a été constaté de Juin à Septembre avec 105 décès », a précisé le Ministre de la Santé Publique. L’Organisation MSF Suisse représentée par le Chef de Mission Pays MSF Niger a, selon le ministre Idi Illiassou Maïnassara, décliné toute responsabilité et reconnu les désagréments engendrés à l’Etat du Niger  sur cette annonce faite par un de ses membres qui ne reflète aucune vérité et ordonne au médecin qui a véhiculé ces informations sur les réseaux sociaux de quitter le Niger dans les 48 heures qui suivent.

Dans le département de Magaria, le Ministre de la Santé publique a visité le CSI de Bandé, l’Hôpital  de district et le CSI de Magaria et celui de Dungass  pour vérifier la forte mortalité dont faisait cas abusivement un médecin de MSF Suisse au niveau de l’unité des soins pédiatriques tenue par cette organisation internationale. «Le département de Magaria compte un hôpital de district, 16 CSI, 76 cases de santé et une unité de soins pédiatriques tous sont fonctionnels » a déclaré le ministre Idi Illiassou Maïnassara et le taux de couverture sanitaire est de 41,51 pour cent pour une population de plus de 732.000 habitants.

Dans un Point de Presse tenu à Magaria, le Ministre de la Santé Publique dit avoir relevé au cours de ces différentes visites une ‘’bonne disponibilité des médicaments et des intrants de la prévention et de la prise en charge de la malnutrition et du paludisme à tous les niveaux, une bonne organisation au niveau des structures de soins, une bonne disponibilité des ressources humaines dont 807 agents travaillent au niveau de l’Unité pédiatrique de Magaria et une bonne motivation du personnel à prendre en charge les malades’’.

Cependant, a-t-il dit, il y a des points qui méritent une attention car la majorité des cas de paludisme et de malnutrition proviennent d’un pays voisin. C’est pourquoi, il y a une discordance des données. « Ces chiffres sur les décès annoncés sur les réseaux sociaux n’ont pas été retrouvés sur les registres de l’unité pédiatrique de Magaria » a fait remarquer le Ministre de la Santé Publique  qui indique par ailleurs qu’un double comptage des cas des malades et des décès a été constaté. Toutefois, le ministre a relevé une insuffisance de la qualité de prise en charge des patients au niveau du CRENI où il a instruit les acteurs à tous les niveaux à s’investir pour « améliorer la qualité de ces prestations, de respecter les protocoles nationaux de prise en charge des malades à tous les niveaux, de renforcer la supervision des activités  à tous les niveaux ».

En ce qui concerne le traitement et l’analyse de l’information et des données sanitaires, le Ministre Idi Illiassou Mainassara a recommandé aux différents responsables de s’assurer de la fiabilité des données avant de les transmettre, d’harmoniser les supports de collecte des données et de renforcer la collaboration entre les structures de l’Etat et les partenaires en particulier MSF Suisse en ce qui concerne le partage de l’information, de s’assurer d’une bonne remontée des données et  de leur analyse.

Relativement aux ressources humaines, le ministre de la Santé publique a salué l’effort des partenaires pour leur disponibilité dans ce domaine avant de les inviter à se conformer à la législation en vigueur au Niger en matière d’autorisation d’exercice privé pour tout le personnel médical et para –médical. Il a ensuite demandé à MSF d’élargir le renforcement des capacités que cette structure réalise au profit des autres agents de districts et d’assurer la formation continue et le suivi du personnel recruté par MSF.

« La gestion des données et de l’information sanitaires relève exclusivement de la responsabilité du gouvernement nigérien et mieux du Ministère de la Santé publique», a-t-il insisté avant de transmettre au nom des plus hautes autorités du pays ses remerciements aux autorités administratives et coutumières de la région de Zinder et aux PTF en particulier pour les efforts considérables qu’ils déploient dans le cadre de l’amélioration de la santé des populations. Le Ministre de la Santé Publique qu’accompagne le Gouverneur de Zinder, M. Issa Moussa a enfin effectué  dans la Ville de Zinder trois visites au niveau de l’Hôpital national de Zinder et au niveau du Centre Mère et Enfant où il s’est félicité de l’engagement et la disponibilité du personnel dans la prise en charge et pour la qualité des soins et les résultats  appréciables obtenus  par l’ENSP à l’issue des examens de certification qui avoisinent les 60%.

Sido Yacouba ANP-ONEP/Zinder

05 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique