Orange Money 300%

Assemblée nationale : Deux commissions présentent leurs rapports de mission

Assemblee nationale Iro SaniLe deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale, M. Iro Sani a présidé hier les travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l’année 2018, dite session budgétaire à l’hémicycle, place de la concertation. La journée du mercredi a été consacrée à la suite des présentations des rapports des missions effectuées par les députés membres des commissions générales permanentes de l’Assemblée nationale pendant l’inter session. Au cours des travaux, les parlementaires ont apprécié la synthèse des travaux de la Commission Développement Rural et Environnement (CDR/E) et celle des Affaires Générales et Institutionnelles (CAGI). La séance plénière s’est déroulée en présence du ministre chargé des relations avec les Institutions, commissaire du gouvernement, M. Issouf Barkaï.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi des finances pour l'année budgétaire 2018, le rôle de l'Assemblée nationale s’est renforcé dans le débat public sur les finances de l'État. Ainsi le contrôle accru de l'efficacité de la dépense publique est encouragé. La Commission Développement Rural et Environnement (CDR/E), présidée par M. Mahamane Rabiou Maïna a présenté son rapport de mission de contrôle de l'action gouvernementale relativement à la mise en œuvre du budget programme de la loi des finances 2018 des Ministères du secteur du développement rural.

Il ressort de ce rapport que, le budget total alloué aux Ministères concernés au titre de l'année 2018 se chiffre à un montant de 165.758.446.313 FCFA, soit 8,72 % du budget général de l'Etat au titre de l'année 2018. La mission a concerné les régions de Niamey, de Tillabéry et de Dosso. Suite aux échanges avec les différents acteurs, les visites des réalisations sur les sites, aux résultats obtenus, il ressort des difficultés par sous-secteur et des recommandations ont été formulées. Selon le président de la commission, le problème majeur constaté est celui de la sécurisation des domaines des espaces publics. « Cette mission nous a permis de faire des échanges et des débats francs et instructifs tant avec les autorités administratives qu'avec les services techniques régionaux. Elle s'est soldée par des résultats forts enrichissants », a-t-il dit.

Mahamane Rabiou Maïna a en outre précisé que, la mission a constaté que, la saison pluvieuse est globalement bien installée, mais des cas d'inondations affectant les populations riveraines et rurales ont été notés. Il a enfin souligné une prolifération des forages d'eau privés dans les zones très sensibles à la contamination au mépris des dispositions réglementaires de code de l'eau.

Ensuite, la Commission des Affaires Générales et Institutionnelles (CAGI), a présenté son rapport qui est axé surtout sur les actions du projet « Filets Sociaux » dans les régions de Dosso et de Tillabéri. Ce projet est financé par la Banque Mondiale pour un montant de 700 millions de dollars US sur cinq (5) ans pour la période de 2014-2018. Il vise à améliorer les conditions de vie des populations à travers quatre composantes ; le cash-transfert, le cash for work, l’accompagnement communautaire et l’appui à la scolarisation de la jeune fille (SCOFI). Dans ce rapport, les députés ont tiré une entière satisfaction des réalisations du projet filets sociaux dans les régions cibles. Selon M. Souley Dioffo, les différentes thématiques développées rentrent dans les priorités du gouvernement. « Avec la fin du projet dans peu de temps, il est nécessaire de trouver les moyens de consolider et de pérenniser les acquis pour prôner le développement. Pour cela chacun doit s'investir le mieux possible», a-t-il déclaré.

Toutefois, le rapport relève que les responsables régionaux ont émis des préoccupations. Par contre, il est réconfortant de constater que les réalisations du projet filets sociaux dans les régions de Tillabéry et de Dosso ont positivement changé les conditions de vie des populations visitées. «L'amélioration de la situation des ménages vulnérables force l'admiration. Les interventions du projet contribuent à la lutte contre la pauvreté, le chômage, l'insécurité alimentaire, l'insalubrité et le mariage précoce. La prise en charge du volet scolarisation des enfants, surtout de la jeune fille est salutaire et mérite le soutien et l'encouragement des autorités », a déclaré M. Souley Dioffo.

Cependant, les députés membres de la CAGI ont formulé des recommandations afin de prendre des dispositions pour réduire le degré de vulnérabilité des populations. Ils ont demandé d’étendre les interventions du projet des filets sociaux à tout le pays; de créer les conditions permettant aux bénéficiaires de pouvoir se prendre en charge après le projet ; d’instituer une évaluation de l'impact de l'appui à la scolarisation des filles sur leurs résultats scolaires ; d’amener les partenaires techniques et financiers à tenir compte des réalités du terrain ; de réorienter les activités des projets vers des réalisations utiles à long terme et enfin d’encourager le processus participation depuis la base. Il faut enfin noter qu’après l’exposé des deux rapports, une discussion générale a été ouverte afin d’amender les travaux.

Seini Seydou Zakaria(onep)

04 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique