Horizon 2021: La Guerre de succession s'ouvre déjà au sein du PNDS

PNDS Guerre de succession s ouvre 2021Image d'illustration Horizon 2021 La Guerre de succession s'ouvre déjà au sein du PNDS La guerre de succession s'ouvre désormais au sein du principal parti au pouvoir dans la perspective des échéances électorales de 2021. Le conseil fédéral des structures régionales du parti a été l'occasion pour certains grands caciques du PNDS de donner leur point de vue sur l'orientation actuelle de la politique du pays en général, sur la question de celui qui sera le porte flambeau du parti en 2021 plus particulièrement. Sur cette dernière question, selon nos sources, sans détour beaucoup de cadres roses et opérateurs économiques rejettent une éventuelle candidature de Bazoum Mohamed qui pourrait, selon eux, amenuiser davantage les chances de leur parti aux élections à venir. Pour eux, Bazoum manque d'atouts nécessaires pour affronter les élections. C'est pourquoi, selon notre interlocuteur, il n'est point question de leur imposer la candidature du président actuel du parti. Pour eux, désigner Bazoum comme candidat du parti, est une erreur fatale, un suicide politique irréparable. Car, le ministre actuel de l'intérieur n'a pas de charisme.

Il lui est reproché également de manquer de retenue politique. Selon notre source, dans le cadre de la désignation du futur candidat à la présidentielle, une assise nationale du parti se tiendra pour clarifier les choses. Pour notre source, la plupart des militants préféreraient soutenir une candidature de Hassoumi Massaoudou au détriment de celle de Bazoum Mohamed. Cela pour des raisons évidentes. Notamment, le rôle clé que Massaoudou a eu à jouer pour sauver Mahamadou Issoufou du naufrage électoral en 2016. Pour eux, cela suffit pour que Mahamadou Issoufou lui retourne l'ascenseur. Ensuite, il occupe aujourd'hui le ministère des Finances. Donc, il a pratiquement tous les opérateurs économiques du parti avec lui. Ensuite, il y a un autre atout majeur qui milite en faveur l'ami de Sébastian De Montessus. Son pion trône à la tête de l'Assemblée nationale. Les carottes risquent donc d'être cuites pour Bazoum qui, certainement, caresse le rêve de diriger ce vaste Niger. Mais, pour certains observateurs politiques, réserver un tel sort à Bazoum serait une trahison politique. A suivre !

30 septembre 2018
Source : Le Courrier

 

Imprimer E-mail

Politique