Conférence de presse conjointe FAO, FIDA, PAM/Gouvernement du Niger à la Présidence de la République : Conforter les efforts du Gouvernement dans la lutte contre l’insécurité alimentaire

Une mission conjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et du Programme Alimentaire Mondial (PAM) a séjourné pendant quatre jours à compter du mercredi 15 août dernier dans notre pays. Durant leur séjour, MM. José Graziano Da Silva ; Gilbert F. Houngbo et David Beasley respectivement Directeur Général de la FAO, président du FIDA et Directeur exécutif du PAM, ont été reçus en audience, le vendredi 17 août 2018, par le Président de la République, Chef de l’Etat SE Issoufou Mahamadou. A l’issue d’une séance de travail, ces trois responsables ont co-animé, une conférence de presse, dans la grande salle de Palais de la Présidence, en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini et du Haut Commissaire à l’Initiative 3N Ali Béty. La lutte contre la pauvreté, le renforcement de la résilience face aux chocs, la gestion des migrations, l’éducation de la jeune fille et la collaboration entre ces agences et le gouvernement ont été les principales questions abordées par les différents intervenants.

Dans sa note introductive, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini a salué l’excellence de la coopération qui existe entre ces institutions et notre pays. «Ce sont des relations séculaires qui existent entre nous, une coopération qui est au beau fixe» a-t-il déclaré. «Cette mission est importante pour le Niger, car elle a permis de partager les expériences et d’envisager l’avenir. Avec ces délégations nous avons convenu d’un nouveau départ. Sous le leadership du Haut-commissariat à l’initiative 3N, nous allons conjuguer nos efforts pour une véritable transformation du monde rural. Pour maintenir la dynamique de production, nous allons encourager l’éducation de la jeune fille » a déclaré le Premier ministre, ajoutant qu’il s’agit pour le Niger de « changer de modes d’actions qui nous permettra de mettre fin à cette situation de lutte contre les crises humanitaires et de mettre en place un dispositif qui nous permettra dans la durée de mettre la population à l’abri de la pauvreté ». En somme, il s’agit précise le Chef du gouvernement de mettre tous les moyens en place avec « l’objectif affiché la faim zéro d’ici 2021 ».

Le Président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) Gilbert F. Houngbo a, pour sa part, souligné que cette mission fait suite aux entretiens que le Président nigérien SE Issoufou Mahamadou a eu avec les responsables de ces institutions lors de sa visite récente à Rome en Italie. En outre, il a précisé que dans le cadre de l’initiative 3N, l’objectif c’est de maximiser les interventions dans le domaine en vue d’améliorer la résilience des communautés vulnérables. Une vision pour laquelle, il dit être résolument engagé à accompagner, au nom des trois agences alimentaires, pour l’atteinte « faim zéro ». A l’issue de la visite des sites, M. Gilbert a hautement apprécié le courage des hommes et des femmes qui se dévouent au travail pour la protection de l’environnement et pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

Grâce à la mise en place de l’initiative 3N, a estimé le président du FIDA, le Niger a offert des opportunités aux populations pour se prendre en charge et renforcer leurs moyens d’existence à travers les activités agricoles. «Nous sommes déterminés à travailler avec le Gouvernement nigérien avec des objectifs définis par les Nigériens et pour les Nigériens» a-t-il soutenu. «Concernant la migration notre ambition est d’aider les autorités nigériennes pour créer les conditions afin que ces migrants ne partent plus ailleurs » a-t-il déclaré précisant toute l’importance que ces agences portent sur la question de la femme, notamment la scolarisation de la jeune fille. «Il faut que cette situation de la jeune fille nigérienne soit améliorée. Il y’a une forte croissance démographique, donc il est fondamental de s’appuyer sur l’éducation» a dit Gilbert F. Houngbo.

Le Directeur exécutif du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) M. David Beasley a, lui aussi, magnifié la détermination des populations à éradiquer la faim. « La question de l’autonomisation de la femme est très importante et nous voulons la traiter avec beaucoup de fraternité et d’humanisme. C’est une question délicate parce qu’il faut protéger les jeunes filles contre les mariages précoces, les grossesses précoces, l’abandon de l’école» a-t-il déclaré avant de relever que l’avenir d’un pays se trouve dans les mains de la jeunesse notamment la gent féminine. C’est pourquoi, estime M. David Beasley, il faut trouver des voies et moyens pour mutualiser les efforts afin de relever les défis qui se posent à cette frange de la population. Le Directeur général du PAM a loué les efforts du Président de la République, pour son engagement exceptionnel en faveur de la lutte contre la pauvreté au Niger. «Voilà un pays qui rêve grand, qui rêve de sortir de la pauvreté et ensemble nous allons le soutenir pour qu’il aille de l’avant » a-t-il affirmé.

« Ce que nous avons senti, c’est l’engagement du Président de la République et du gouvernement sur ces questions-là. Parce que, quand on n’a pas assez de ressources, il faut savoir les utiliser là où on peut avoir un effet. Et c’est justement ce que nous avons vu ; c’est que votre Président est motivé, il est engagé et il a une équipe derrière qui le soutient pour qu’on puisse avancer. C’est pour ça qu’on est là, et c’est justement ce message-là qu’on veut passer en étant ici tous les trois », a tenu à souligner le Directeur exécutif du PAM, M. David Beasley.

Le Directeur Général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), M. José Graziano Da Silva a parlé de ‘’l’initiative citerne’’ qui a pour ambition de promouvoir et faciliter la mise en place de dispositifs de collecte et de stockage d’eau pluviale pour les communautés vulnérables. L’objectif de cette initiative est de permettre l’accès à l’eau potable en vue de renforcer la production agricole familiale. Il a notamment évoqué des cas concrets de gestion efficace et durable des ressources en eaux. Le DG de la FAO a aussi assuré que leurs institutions sont et continueront d’être présentes aux côtés des pays membres du G5 Sahel pour lutter contre la pauvreté. « Nous ne ménagerons aucun effort pour apporter notre appui afin de permettre un plus grand renforcement de la résilience en situation de crise alimentaires » a assuré M. José Graziano Da Silva.

Dans son intervention, le Haut Commissaire à l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) M. Ali Bety a mis l’accent sur le nouveau programme dont ils ont convenu. «Ce programme que nous avons créé, a pour objectif de construire la résilience à l’insécurité alimentaire, de promouvoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, de promouvoir la scolarisation et le maintien de la jeune fille à l’école» a-t-il dit avant de préciser que ce programme est construit autour de quatre (4) priorités : la maitrise de l’eau pour la production agro-sylvo pastorale ; la maison du paysan avec les services intégrés aux producteurs ; la restauration des terres et la gestion des terres durables et la scolarisation et le maintien des filles à l’école. M. Ali Bety a précisé que les trois premières priorités viennent du plan d’actions de l’Initiative 3N avec pour objectif la faim zéro en 2021 et la 4ème et dernière priorité provient de la politique sectorielle de l’éducation.

Le Haut commissaire à l’Initiative 3NIl a en outre évoqué les liens qui existent entre ces priorités tout en insistant sur la scolarisation et le maintien de la jeune fille à l’école. M. Ali Bety estime que la question de l’éducation est très importante. «Il est clair qu’au Niger, on ne peut pas atteindre la sécurité alimentaire sans impliquer pleinement les femmes » a-t-il déclaré, précisant qu’il est davantage question de ressources en eau pour limiter la corvée pour les femmes. Il s’agit aussi de renforcer leur capacité dans le domaine de l’agriculture pour qu’elles produisent mieux car, précise-t-il, la pauvreté au Niger a un visage féminin. « Beaucoup d’efforts restent à consentir dans le domaine de l’autonomisation de la femme» dit-il avant de plaider pour l’engagement de tous.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

20 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique