Première session du Conseil National de Travail au titre de l’année 2018 : Amélioration des conditions des travailleurs

La Première session du Conseil National du Travail (CNT) au titre de l’année 2018 s’est tenue le jeudi 20 juillet dernier dans la Salle des Banquets de la Primature sous la présidence de SE Brigi Rafini, Chef du gouvernement, président dudit Conseil. La réunion a porté sur l’examen et l’adoption du compte rendu du dernier Conseil, l’état de mise en œuvre des recommandations issues du dernier Conseil qui s’est tenu en février dernier et son Plan d’Action, et la présentation de la stratégie vision zéro sur les risques professionnels et les maladies professionnelles.

A l’issue de la réunion, le Chef du gouvernement s’est félicité de la qualité du travail qui a été abattu au cours des travaux de la première session du Conseil National du Travail. Il a indiqué que les recommandations adoptées lors de la dernière réunion et son plan d’action visent à instaurer un bon climat de travail et un bon climat social. Le Premier ministre devait préciser que depuis lors, un certain nombre d’efforts ont été faits, et des progrès ont été réalisés, bien qu’il reste des actions à entreprendre, des activités à mener de manière permanente et soutenue. SE Brigi Rafini a mentionné que l’autre volet de ces recommandations est relatif à la recherche de la compétitivité de nos entreprises. « C’est une préoccupation à laquelle il faut s’attaquer du côté du gouvernement et des partenaires du secteur privé », a-t-il notifié.

« Nous sommes tenus de nous pencher sur la compétitivité des entreprises nationales. Nous sommes dans un contexte de concurrence qui demande de qualification. Il y a des règles très rigoureuses auxquelles il faut se soumettre. Nous avons tous intérêt à nous y investir et à investir dans la qualification et la qualité des nos entreprises » a déclaré le Premier ministre, Chef du gouvernement. Il a souligné que l’Etat a pris conscience de cette nécessité et il y a un certain nombre de mesures qui sont déjà entreprises et d’autres sont envisagées afin d’améliorer cette compétitivité. De même, il ya des actions spécifiques, bien ciblées pour les petites et moyennes entreprises notamment en matière d’attribution des marchés publics. Le Chef du gouvernement a exprimé son engagement de tout mettre en œuvre pour concrétiser cette volonté consistant à soutenir les entreprises nationales.

Concernant, la stratégie Vision zéro en matière des risques professionnels et des maladies de travail, le président du Conseil national du travail a affirmé avoir pris la mesure et la nécessité de créer une dynamique permanente permettant aux travailleurs nigériens de s’épanouir dans un milieu de travail sécurisé, sain et un milieu de travail où les conditions permettent de créer la motivation pour qu’il ait plus de productivité.

Aussi, à l’ouverture de cette session du Conseil National de Travail, le Premier ministre, Chef du gouvernement a rappelé que la situation qui prévalait au niveau de notre système éducatif était au centre de la dernière réunion qui s’est tenue en février. A cet effet, il a précisé que des recommandations ont été formulées à l’endroit des structures concernées pour qu’elles puissent prendre des dispositions idoines en vue de corriger certains disfonctionnements identifiés ici et là. C’est dans ce cadre que le Conseil est revenu au cours de sa première session au titre de l’année 2018 sur la question de l’éducation afin de vérifier l’effectivité de la mise en œuvre des recommandations qui ont été formulées et de rechercher d’autres mesures pouvant permettre un bon déroulement de la prochaine année scolaire 2018-2019.

Parlant de la stratégie Vision zéro sur les risques professionnels et les maladies professionnelles, le Premier ministre a expliqué que c’est une approche transformationnelle de la prévention des risques professionnels intégrant les trois (3) dimensions à savoir la sécurité, la santé et le bien-être à tous les niveaux du travail. En outre, SE Brigi Rafini a noté que les accidents du travail et les maladies professionnelles ont un impact négatif sur les salariés, les entreprises et sur le pays tout entier. A titre illustratif la CNSS a enregistré un nombre important d’accidents de travail et des maladies professionnelles ayant affecté 6.514 journées de travail et la mobilisation de prêt de 580 millions de FCFA pour assurer leurs prises en charge. Il a enfin déclaré que les accidents de travail ont une cause qui nécessite d’être prévenue en mettant sur pied une culture de prévention solide. Ces causes peuvent être réduites ou éliminées.

Il faut préciser que le ministre de l’Emploi et du Travail, M. Mohamed Ben Omar a fait une présentation sur la stratégie Vision zéro des risques professionnels et des maladies professionnelles. Après les différentes présentations, la réunion s’est poursuivie avec des échanges riches et fructueux ayant permis aux participants d’aborder efficacement les points inscrits à l’ordre du jour.

Laouali Souleymane (onep)

23 juillet 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique