Enfin la mise en service et l’exploitation des PCJ de Malanville : Une appropriation totale des communautés s’impose à une éventuelle profitabilité

Poste controle MalanvilleMamadou Karidjo et son homologue béninois Vue de l’assistance lors du Point de presseLa mise en service des postes de contrôle juxtaposés de Malanville est enfin devenue une réalité. Il vous souviendra que cet important joyau économique appartenant au Benin et au Niger a été inauguré en 2014 par les deux chefs d’Etat, son excellence Yaya Boni et son excellence Issoufou Mahamadou.

D’importantes réunions d’informations et d’imprégnation des acteurs des deux pays ont ensuite suivi afin de prévoir une opérationnalisation des postes.

Après donc ces étapes qui ont mis en relief la bonne marche de toutes les opérations à savoir la fluidité et la transparence de la gestion des postes, la libre circulation des personnes et de leurs biens, la suppression des faux frais qui sont à la base des tracasseries de la route et l’atténuation des charges liées au transport, la mise en service tant attendue des postes de contrôle juxtaposés de Malanville a été officiellement lancée ce jeudi 12 juillet 2018 par le Ministre des infrastructures et du transport du Bénin et le Ministre Nigérien des transports Karidjo Mamadou lors d’une cérémonie sur le site en présence des délégations venues du Bénin, du Niger, du Burkina Faso, du Nigeria, ainsi que des représentants de la commission de l’Union Européenne, la commission de l’UEMOA et autres partenaires.

Tour à tour dans des discours qu’ils ont prononcés, le Maire de Malanville et celui de Gaya ont salué les impacts positifs que ces postes de contrôle en service auront sur l’économie du Benin et du NIGER.

C’est pourquoi le Maire de Malanville appelle à un entretien régulier de ce joyau afin de fructifier cet investissement de l’UEMOA appuyé financièrement par l’Union Européenne.

Le Maire Dandakoye de Malanville a aussi demandé à la commission de l’UEMOA de construire des autoroutes au Niger pour accé- lérer la rentabilité des postes de contrôle et à Tounouga il a suggéré la réalisation d’infrastructure moderne à mettre la population à l’aise.

Le Maire de Gaya, par contre, a fait cas d’une parfaite cohabitation des populations de Malanville et Gaya qui se confondent à la même culture Dendi.

Peu avant le point de presse conjoint des deux Ministres, ils ont pris la parole s’adressant au public venu nombreux.

Monsieur Alassane Saidou, le Ministre béninois des infrastructures et des transports a transmis les salutations fraternelles du Président Patrice Talon et n’a pas manqué de réitéré l’engagement du Gouvernement à remplir sa part de contrat pour la bonne exploitation des postes de contrôle juxtaposés.

Karidjo Mamadou, le Ministre des transports du Niger a, quant à lui,évoqué le vœu des plus hautes autorités du Niger à contribuer à la bonne gestion des postes de contrôle dont il est prévu 3 autres et dont l’expérimentation de Makalondi et Kantchari promet des résultats appréciables.

Il affirme que l’engagement du Gouvernement Nigérien est plus qu’évident à mettre en œuvre tous les accords de gestion des PCJ au profit des objectifs assignés.

Par ailleurs, il faut noter la partie culturelle de la cérémonie qui s’est caractérisée par des prestations des chants, danses et poésies pré- sentées par des jeunes de Gaya et de Malanville.

Le point de presse juxtaposé et la visite des locaux des PCJ ont couronné la cérémonie.

En face de la presse Nigérienne et Béninoise, les deux Ministres se sont focalisés sur la mise en service des PCJ de façon automatique pour ainsi dire que toutes les opérations ont démarré dés lors que les deux responsables de postes ont été présentés au public.

Mamadou Karidjo et Alassane Saidou ont aussi souligné la problématique de surcharge sur les véhicules gros porteurs, un handicap pour nos routes qui se dégradent très vite, cet aspect est pris en compte avec la disponibilité d’équipements modernes pour assurer le pesage au niveau des postes, ont-ils répondu aux     journalistes.

Ainsi ils invitent les transporteurs, dont les syndicats sont représentés au sein du comité de gestion, de contribuer à l’entretien des routes. Notons que le président de la commission de l’UEMOA a envoyé son représentant à la cérémonie.

Celui-ci a notifié devant la presse que la gestion des postes sera suivant toutes les formalités administratives durant un an et demi sans le moindre prélèvement des taxes pendant la période. Pris en interview, Alhaji Garba Rabiou, le président du syndicat des transporteurs et importateurs du Benin, s’est réjoui de l’initiative de modernisation du contrôle routier.

Cependant, il recommande la prise en compte des textes régissant cette nouvelle reforme afin de rendre profitables toutes les transactions qui se feront aux postes.

Pour rappel, les postes de contrôle juxtaposés visent à :

  • Harmoniser, moderniser et faciliter les opérations de passage aux frontières
  • Assurer un contrôle rapide
  • Faciliter, fluidifier et sécuriser le trafic
  • Lutter plus efficacement contre la fraude et les frais illicites, gagner du temps
  • Réduire considérablement les couts de transports
  • Améliorer les conditions de travail des agents en charge des contrôles aux frontières.

Ainsi, la gestion et l’exploitation des PCJ obéissent à un cadre juridique adopté en conseil des Ministres de l’UEMOA, le règlement n°15/2009/CM/UEMOA du 17 décembre 2009. En plus, la réunion des acteurs des PCJ d tenue à Malanville, les 14,15 et 16 Mars 2018, a permis d’adopter la feuille de route par rapport à leur exploitation.

Il s’agit donc d’une équipe transitoire composée des représentants du Bénin et du Niger et la commission de l’UEMOA qui assure l’exploitation et la gestion des postes de contrôle juxtaposés de Malanville.

16 juillet 2018
Source : Niger Times

Imprimer E-mail

Politique