Machinations politiques : Comment les camarades veulent en finir avec ses alliés

Machinations politiques Niger 01C’est un fait irréfutable, une vérité incontestable. De l’avènement de la démocratie à ce jour, le PNDSTarayya a de tout temps joué des sales tours à ses alliés. La première victime, on se rappelle, a été le président Mahamane Ousmane. Si Nafarko avait quitté le pouvoir avant la fin de son mandat, c’était bien à cause de son allié, Mahamadou Issoufou, qui lui avait créé toutes les misères imaginables. Nafarko partira à la suite du coup d’État de Baré Maïnassara. Quelques années plus tard, ça été au tour de Hama Amadou de vivre la traitrise politique des camarades. Aujourd’hui, c’est au sein même de leur majorité présidentielle que les camarades se livrent au torpillage de leurs alliés. Omar Hamidou Tchiana a été contraint à la démission via Tweeter. Pour autant, ses problèmes sont loin d’être finis. En effet, le patron d’AMEN-AMEN est sous la menace de voir son parti lui échapper.

Nous avons également le cas d’Albadé Abouba. Ces temps-ci, il y a une cabale qui ne dit pas son nom visant le leader du MPR Jamhouriya. Une machination consistant à salir Albadé Abouba en cherchant son nom dans diverses malversations financières présumées. Le but ultime étant de le faire tomber de son piédestal. Si Albadé a pu résister, Ibrahim Yacouba lui en a pris à ses dépends. Il a été contraint de comprendre que le régime appartient aux seuls tarrayistes. Rien d’étonnant si dans les prochaines semaines le leader de Kiishin Kassa se voit cité dans une prétendue magouille financière ou autre. Voyez-vous, pour chaque allié d’un certain poids politique, les camarades réservent des surprises des plus désagréables. En fait, tout ce machiavélisme est déployé dans l’optique de la présidentielle 2021. Le Guri veut faire place nette en éliminant tous les potentiels candidats capables de contrarier leur plan comme ils l’ont fait avec Hama Amadou en 2016. Ladan Tchiana, Albadé Abouba et Ibrahim Yacouba ne sont certainement pas les seuls à être dans le viseur des camarades. On voit mal comment Seini Oumarou pourrait-il se tirer d’affaire, tout comme Kassoum Moctar qui bénéficie d’une liberté provisoire. Attention, pour 2021 les camarades sont prêts à tout. Même des pontes du système risquent d’y passer. Une guerre fratricide est à prévoir. Tout est possible avec les camarades, surtout les pires scénarios. Du reste, pour certains observateurs avertis, le seul salut pour tous ces leaders politiques alliés du PNDS, c’est de faire un sursaut, c’est-à- dire, un dépassement de soi, pour se retrouver dans un même bloc politique qui pourra résister aux agressions et conspirations politiques des camarades.

15 juillet 2018
Source :  Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique