Assemblée nationale : Vers une démission collective des députés de l’opposition ?

Assemblée nationale : Vers une démission collective des députés de l’opposition ?La démocratie va mal sous la 7ème République. La Renaissance est un fléau pour le multipartisme, les libertés individuelles et collectives. Le Niger vit un recul démocratique sans précèdent. Tous les remparts qui sont censés protéger les citoyens contre l’arbitraire sont détruits l’un après l’autre. La justice n’existe que de nom. Comment arrêter la dérive là où la moindre contestation est perçue par le pouvoir comme une tentative de putsch? Les acteurs de la société civile en savent quelque chose pour avoir été confinés dans diverses prisons du pays avec en sus un procès reporté. Mais le coup d’éclat pour dénoncer l’injustice pourrait venir de l’Assemblée nationale. En effet, plusieurs sources proches de l’hémicycle font état de la possibilité d’une démission collective de l’ensemble des députés de l’opposition. Cette idée peut paraître surréaliste, pourtant elle est de plus en plus évoquée. Si elle venait à se concrétiser, ce sera une première au Niger, voire en Afrique. Des parlementaires qui renoncent à leurs mandats pour s’insurger contre le déni de justice des tenants du pouvoir est une posture rarissime. Néanmoins, elle risque fort de se produire au Niger, dans les prochaines semaines, selon toujours ces sources visiblement au parfum de ce projet. Au cas où cela advenait, le monde entier saura combien les rapports entre le régime de la Renaissance et les citoyens sont exécrables. Aux quatre coins de la planète, on saura que le Niger est devenu un État de non-droit en 7 ans de gouvernance Guri. Une démission collective de députés est une attitude extrême, mais c’est le seul moyen de mettre à nu le ras bol général des Nigériens. C’est la seule arme qui reste aux représentants du peuple qui ont encore l’amour de la patrie. Ainsi l’Assemblée nationale se retrouvera monocolore, aux seules couleurs du système en place. Ce qui lui ôtera toute crédibilité tant aux yeux des citoyens, qu’à ceux de l’opinion internationale.

09 juillet 2018
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique