Visite de la Délégation onusienne au Niger : La Secrétaire générale Adjointe de l’ONU rencontre les chefs traditionnels, et visite le Centre de Reference de la Fistule Obstétricale en compagnie de la 1ère Dame Dr Lalla Malika

La Secrétaire Générale Adjointe des Nations Unis, Mme Amina Mohamed, a effectué plusieurs activités au deuxième jour de sa visite au Niger. Le samedi 7 juillet, Mme Amina Mohamed, accompagnée de la Ministre des Affaires Etrangères de la Suède, Mme Margot Wallstrom, ainsi que d'une délégation de haut niveau du système des Nations Unis, s'est rendue au siège de l'Association Nationale des Chefs Traditionnels du Niger pour échanger avec eux sur des sujets d'actualité tels que la tolérance religieuse et l'éducation de la jeune fille. Après avoir été symboliquement intronisée "Sarauniya", par les Chefs Traditionnels, la Vice-Secrétaire Générale des Nations Unis et sa délégation se sont rendues au Centre de Référence de la fistule obstétricale où elles ont été accueillies par la Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, et plusieurs membres du Gouvernement.

A l’association des chefs Traditionnels, l'honorable Djermakoye Maidanda Seydou, Président de l'Association des Chefs Traditionnels du Niger, a, dans son mot de bienvenue, tenu à saluer la haute qualité des personnes composant la délégation onusienne, tout en rappelant le long engagement du Système des Nations unies à leurs côtés. Les Chefs Traditionnels du Niger ont affirmé à leurs hôtes du jour, qu'ils sont des chefs en phase avec leurs populations ainsi que leurs valeurs. Parmi ces valeurs, il y'a la promotion de la paix car, ont-ils dit " nous sommes les garants de la paix, nous sommes les artisans de la paix". C'est pour cela que les notables du Niger ont réuni des propositions dans un document et l'ont transmis à la délégation onusienne. Ce document démontre que cette association des chefs traditionnels est en mesure de contribuer efficacement à l'instauration d'une paix durable au Niger.

La Vice-Secrétaire Générale des Nations-Unis et sa délégation ont entretenu leurs hôtes sur l'importance de la scolarisation de la jeune fille et les dangers que représente le mariage précoce pour une société. Madame Amina Mohamed, qui s'est exprimée en Hausa avec les Chefs Traditionnels, s'est réjouie de leur engagement personnel en faveur des changements de comportement dans leurs zones. Pour elle, ces Chefs " se sont personnellement impliqués dans la lutte contre le mariage précoce et ont contribué à améliorer le taux de scolarisation de la jeune fille en milieu rural", a-t-elle dit.

Pour sa part, la ministre des Affaires étrangères suédoise qui accompagnait la Vice-Secrétaire Générale des Nations Unies, s'est dite émerveillée par un tel engagement. "Maintenant, nous pouvons combattre le mariage précoce et la violence parce que ces leaders sont paisibles et que l'Islam est une religion de paix", a conclu Mme Margot Wallstrom, avant d'assister à l'intronisation symbolique de la Vice-Secrétaire Générale des Nations Unies comme "SARAUNIYA".

Visite au Centre de Reference de la Fistule Obstétricale

Peu après l’Association des chefs traditionnels, la délégation Onusienne conduite par sa Vice-Secrétaire Générale, s'est transportée au Centre de Référence de la Fistule Obstétricale de Niamey, où l’attendait Dr Lalla Malika Issoufou, en compagnie du ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara, de la Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme administrative, Mme Kaffa Christelle Jackou, ainsi que plusieurs membres de l'Assemblée Nationale et des cadres du Ministère de la Santé Publique. Durant cette visite, Mme Amina Mohamed a eu à apprécier plusieurs prestations culturelles, dont une chanson émouvante sur la fistule et l'exposition-vente d'articles d'artisanat et de parfumerie confectionnés par les femmes fistuleuses.

Le Ministre de la Santé

Publique a précisé que les femmes souffrant de la fistule obstétricale sont victimes d'un fléau, évitable, mais qui continue à faire des ravages. Selon le Ministre de la Santé Publique, la fistule constitue l'un des plus grands drames chez la femme "de par ses répercussions qui sont à la fois médicales, économiques, psychologiques et sociales". Alors qu'on enregistre dans le monde 50.000 à 100.000 cas chaque année, le Niger enregistre, à lui seul, 700 à 756 cas. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène au Niger, dont l’âge moyen du premier mariage qui est de 15 ans et l'indice synthétique de fécondité qui est de 6 enfants par femme avec des maternités très rapprochées.

Avant de se retirer, la délégation onusienne a félicité la Première Dame du Niger, Dr Lalla Malika Issoufou, pour son engagement national et régional en faveur de la lutte contre la fistule obstétricale, et aussi, l'effort de reconstruction des victimes de cette maladie que ne cessent de combattre le Directeur de ce centre, Dr Idrissa Abdoulaye et ses collaborateurs.

Souleymane Yahaya

(Stagiaire)

Imprimer E-mail

Politique