Orange Money 300%

Réunion du cadre de concertation Etat/ONGs au ministère de l’hydraulique et de l’assainissement : La synergie pour l’accès effectif à l’eau potable et aux infrastructures d’assainissement, horizon 2030

La salle des réunions du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement a abrité hier matin, l’ouverture de la réunion de concertation Etat/ONGs du secteur de l’eau et de l’assainissement. Cette rencontre a été dirigée par le ministre Issoufou Katambé, en présence de plusieurs acteurs concernés, notamment: le président du réseau parlementaire pour l’eau et l’assainissement, le Directeur Pays de l’ONG WaterAid-Niger, le président de la chambre de concertation des ONGs et Associations de développement, les responsables des ONGs membres de la coalition WASH et les cadres du ministère.

Pour le ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, Pr Issoufou Katambé, les ONGs du secteur WASH constituent un maillon incontournable sur lequel le gouvernement doit aussi compter pour faire face aux défis qui assaillent le secteur de l’eau et de l’assainissement. D’autre part, la présente rencontre traduit l’importance capitale de ces défis qui sont en droite ligne avec la politique conduite par les autorités de la 7ème République. En effet, le ministre a expliqué que l’accès à l’eau potable et aux infrastructures d’assainissement constituent une base fondamentale du développement durable. «C’est pourquoi le gouvernement du Niger, sous la conduite éclairée de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, a adopté, le 9 mai 2017, le Programme Sectoriel eau, Hygiène et Assainissement (PROSEHA), pour la période 2016- 2030, pour un accès universel à tous les nigériens à l’eau potable et à l’assainissement ».

Poursuivant son discours, le Professeur Issoufou Katambé n’a pas manqué de féliciter les ONGs pour le rôle conséquent qu’elles ont eu à jouer dans les réalisations, particulièrement dans le cadre du sous-programme «hygiène et assainissement». Cependant, la situation demeure préoccupante, puisque selon lui, le Rapport 2017 sur les indicateurs du secteur montre que plus de la moitié des nigériens n’ont pas accès à l’eau potable et plus de 68% de cette population continue à déféquer à l’air libre en milieu rural. En ce sens, il a souligné l’insuffisance de financement comme « le principal goulot d’étranglement », en référence à la 11ieme revue sectorielle de l’eau et de l’assainissement, tenue du 19 au 21 juin passé. « C’est pourquoi, la mobilisation de tous les acteurs en général et des ONGs en particulier est plus que nécessaire, surtout au regard de leur contribution significative en matière d’investissement dans le secteur » a indiqué le ministre Issoufou Katambé. Il a, en effet, invité les acteurs à un travail collectif. «Les Pour relever les défis, nous devrons travailler ensemble, dans un partenariat sincère et fructueux en vue d’attendre les objectifs du développement durable » a-t-il dit.

Il a enfin, par sa voix, réitéré les engagements du gouvernement à assurer un accès universel à l’eau potable et un meilleur assainissement aux populations nigériennes.

Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)

29 juin 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique