Orange Money 300%

4ème réunion du cadre de concertation sur la migration : Bilan des avancées et des perspectives dans la lutte contre la migration irrégulière

Le cadre de concertation sur la migration, une instance qui regroupe le gouvernement, les partenaires au développement et les acteurs œuvrant dans la gestion des questions de migration, a tenu le 24 juin dernier, sa quatrième réunion. L’ouverture de cette rencontre a été coprésidée par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux M. Marou Amadou, représentant le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses et l’ambassadeur, chef de la Délégation de l’Union européenne au Niger, SE. Raul Mateus Paula.

La migration irrégulière est, aujourd’hui, un sujet de préoccupation mondiale. La prise en charge de cette problématique nécessite l’implication de divers acteurs tant nationaux qu’internationaux et des interventions multisectorielles. C’est dans cette optique qu’a été créé le cadre de concertation sur la migration qui, vise à tenir compte de l’implication effective de toutes les parties prenantes à différents niveaux de décision et pour mieux éclairer le gouvernement sur les défis et les réponses à apporter à la migration irrégulière. Pour le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, la pertinence de ce cadre n’est plus à démontrer tant la migration irrégulière a des conséquences pour les pays d’accueil, de transit et de destination d’une part et d’autre part, du fait de la ramification des réseaux criminels de plus en plus sophistiqués qui alimentent ce trafic.

Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre des engagements pris en matière de lutte contre le trafic illicite des migrants, le gouvernement nigérien, s’est, selon le ministre Marou Amadoui, fixé pour crédo dès juillet 2016, l’application strict des textes relatifs à la migration avec pour finalité la réduction des flux migratoires et l’éradication du phénomène. « Les résultats enregistrés sur le terrain démontrent une baisse significative des flux migratoires dans les régions de transit due aux efforts fournis par les autorités nigériennes pour apporter des réponses adaptés aux phénomènes de la migration irrégulière, de la traite des personnes et du trafic illicite de migrants » a déclaré le ministre de la Justice.

Marou Amadou a évoqué d’autres initiatives conjointes qui participent de ce combat. Il s’agit notamment de la tenue en mars 2018, de la réunion des ministres en charge de la Sécurité publique et ceux en charge des Affaires étrangères des Etats européens et africains en vue d’insuffler une nouvelle dynamique à la lutte contre la migration irrégulière. Il ya eu aussi la rencontre des Directeurs des services extérieurs et des Forces de défense et de sécurité intérieur pour un partage d’expériences et l’adoption de meilleures approches opérationnelles sur la question. Le ministre a rassuré que les propositions issues de ces différentes rencontres seront examinées avec la plus grande attention par le gouvernement. Il a enfin réitéré les remerciements du gouvernement à tous les partenaires, en particulier à l’Union européenne pour leurs appuis.

Pour sa part, l’ambassadeur, chef de la Délégation de l’Union Européenne au Niger s’est félicité de l’engagement des autorités nigériennes et des services du Ministère de la Justice et de l’Intérieur pour que cet espace de dialogue, de réflexion et de propositions soit vivant, efficace et utile. SE. Raul Mateus Paula a réitéré, au nom de notre Haute Représentante, Madame Federica Mogherini, ainsi qu'au nom des Etats Membres de l'UE, toute son appréciation des avancées opérées par les autorités nigériennes dans la lutte contre la migration irrégulière et ses causes profondes.

« Depuis notre dernière rencontre, l'Union européenne et les partenaires techniques et financiers ont poursuivi leur mobilisation pour accompagner le Niger dans la maîtrise des défis migratoire, sécuritaire et de développement, en complément des avancées transversales au niveau régional et international » a confié l’ambassadeur, chef de la Délégation de l’UE au Niger, pour qui, le monde reconnait aujourd’hui les résultats obtenus par le Niger dans la lutte contre la Migration illégale, la protection et le sauvetage des migrants victimes de traitements inhumains, leur décision d’accueillir les personnes réfugiées évacuées de Libye. Mais ajoute-t-il, «au-delà des résultats obtenus dont il y a lieu de se féliciter, il convient de rester vigilant, et de poursuivre nos efforts conjoints visant à préserver la dignité de ces hommes et femmes victimes de vendeurs de rêve » a-t-il conclu.

Siradji Sanda(onep)

27 juin 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique