Réunion des ministres des transports ferroviaires : Les pays de l’UEMOA, la Mauritanie et le Nigeria se dotent de Projets ferroviaires structurants et communs en prélude au forum Chine-Afrique 2018

Les ministres en charge des transports ferroviaires de la sous-région, ainsi que les représentants de la CEDEAO, de l’UEMOA et du G5 Sahel, ont tenu hier matin, dans les locaux du palais des congrès de Niamey, une réunion de travail en prélude au forum Chine-Afrique de septembre 2018 à Beijing. Cette journée de travail a permis d’examiner et d’adopter la liste des projets structurants retenus par les experts, d’examiner et d’adopter le modèle de fiche de présentation de ces projets retenus, et enfin d’adopter un communiqué final.

En procédant à l’ouverture officielle des travaux dans la matinée, le ministre des Transports du Niger, M. Mahamadou Karidjo, a tenu à rendre hommage au Président du Niger, SEM Issoufou Mahamadou, pour avoir pris l’heureuse initiative de proposer la tenue de cette réunion à ses pairs Chefs d’Etat. « J'ose alors espérer que la présente réunion marquera le début du progrès qui débouchera sur une ère de réussite sans fin dans la satisfaction des aspirations du bien-être économique et social des populations de notre sous- région», a-t-il dit. Le ministre des Transports a aussi affirmé que« le devoir des gouvernants est de gérer les affaires de la Cité de manière à réaliser le bonheur des populations, à instituer les conditions assurant de manière tangible et durable leur bien-être matériel».

En Afrique, le défi consiste à accélérer la croissance et à réduire la pauvreté. L’un des vecteurs qui participe à l'atteinte d'un tel défi est la réalisation des infrastructures de transports. Un réseau d'infrastructures de qualité et peu coûteux pour les usagers est d’une part un facteur décisif de l'amélioration de la communication entre les producteurs et les consommateurs et d’autre part entre les exportateurs et les importateurs. Ce type de réseau est déterminant dans la compétitivité sur les marchés internationaux et permet la livraison de biens et services à temps et en toute sécurité.

Pour le ministre des transports, « si le rôle des infrastructures de transports dans le développement économique et social n'est plus à démontrer, il n'en demeure pas moins que le fossé entre les besoins et les réalisations en Afrique d'une part et entre l'occident et l'Afrique d'autre part, est énorme ».

A partir des années 1980, des politiques d’ajustement structurels ont été menées dans la plupart des pays africains sous l’égide du Fonds Monétaire International. Pour le ministre Mahamadou Karidjo, les Etats africains doivent rendre leurs projets financièrement viables. L'un des moyens pour atteindre cet objectif consiste à regrouper les projets de manière à accroitre leur taille par rapport aux coûts de la transaction. En effet, l’importance des infrastructures de transport dans le développement des nations n’est plus à démontrer, surtout quand il s’agit du transport ferroviaire, l’un des moyens de transport les moins onéreux.

Souleymane Yahaya(Stagiaire)

23 juin 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique