Ali Idrissa et consorts : Les prisonniers de la Renaissance

Ali Idrissa et consorts : Les prisonniers de la RenaissanceDéjà deux (2) mois qu'Ali Idrissa, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Me Lirwana, et bien d'autres acteurs de la société civile sont gardés dans différentes prisons de la région de Tillabéry. Leur tort a été d'avoir organisé les Journées d'Actions Citoyennes (JAC), les manifestations contre la loi de finances 2018. Leur tort a été d'avoir parlé au nom des millions de nigériens en proie à la précarité. Leur tort a été de s'ériger en rempart contre les dérives d'un pouvoir sourd et muet aux attentes basiques des citoyens. Pour avoir dit non à la mal gouvernance, ces activistes sont devenus les prisonniers de la Renaissance au même titre que Saïdou Bakary et ses compagnons d'infortunes privés de liberté depuis bientôt deux ans. Voyez-vous, avec la Renaissance, nous vivons les heures les plus sombres qu'un peuple puisse connaître, celles de la pensée unique. C'est bien du totalitarisme qu'il s'agitaujourd'hui. Le régime d'Issoufou Mahamadou ne supporte plus aucune voix dissonante. La moindre contestation populaire, syndicale ou estudiantine est systématiquement réprimée. La violence policière est devenue la forme d'expression par excellence des tenants du pouvoir. La force publique est régulièrement retournée contre le peuple. Mais que les ''renaissants'' se détrompent, leurs persécutions ne peuvent entamer la volonté de changement qui guide les Nigériens de toutes conditions sociales. Que les Bazoum et compagnie se désillusionnent, ils ont beau tenter de museler le peuple, ils n'y parviendront jamais. Les plans les plus machiavéliques ne seront d'aucune utilité aux camarades. Car, inévitablement, le rapport de force tournera à l'avantage des citoyens épris de liberté et de justice. Ali Idrissa et ses camarades ne séjourneront pas indéfiniment dans les geôles du régime d'Issoufou Mahamadou. Assurément pas. Ils en sortiront plus que jamais galvanisés et la volonté du peuple se fera Incha'Allah. Du reste, les Nigériens ont connu toutes sortes d'entorses à leurs libertés collectives et individuelles, pourtant, ils en sont toujours sortis triomphants. Il en sera de même avec le système Guri. L'injustice, sur fond de corruption, ne peut prospérer éternellement. L'achat massif des consciences est un commerce limité dans le temps. C'est dire que les micmacs des tenants du pouvoirs'estomperont aussi sûr que le soleil se lève à l'Est. Ali Idrissa et ses amis doivent tenir bon. Leur combat est celui du peuple. Leur détermination est porteuse d'espoir pour l'ensemble des citoyens déçus par 7 ans d'un règne truffé de malversations, de concussions de tous genres. Le dernier mot revient toujours au peuple, les ''renaissants'' ne doivent pas perdre de vue cette vérité immuable.

Alpha  

28 mai 2018
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique