CDS Rahama : Nouvelle crise en perspective ?

CDS RAHAMA Abdou LaboLa sérénité sera-t-elle entamée, à nouveau, au sein de la Convention Démocratique et Sociale (CDS Rahama) ? La question mérite d’être posée après la décision du  bureau politique national du Parti en date du 6 mai 2018.

La décision ci-dessus indiquée est signée par le Président du Parti en personne, Abdou Labo. Et, elle est relative à l’exclusion définitive d’un militant et non des moindres. Puisqu’il s’agit d’un vice-président, en l’occurrence, celui au titre de la région de Zinder, le nommé Moutari Kadri, celui-là même qui avait dirigé le comité de conciliation entre les deux protagonistes de la crise de l’époque, à savoir l’actuel président du Parti, Abdou Labo et son prédécesseur, Mahamane Ousmane. Qu’est-ce que le bureau politique de la CDS reproche à Moutari Kadri et qui lui vaut comme sanction, son exclusion du Parti ? Dans la décision du bureau politique nationasignée par son président, il n’est pas fait mention des motifs de ce bannissement. En attendant la réaction de la victime et d’éventuelles explications du bureau politique national, on spécule déjà sur une crise en profondeur en perspective. Autrement dit, le vice-président exclu ne manquerait pas de soutiens au sein du Bureau Politique, et par conséquent ne compte pas se laisser faire. En termes plus clairs, la présidence de Abdou Labo serait menacée. Si dans les prochains jours, la crise de leadership venait à se confirmer, ce sera ainsi la troisième du genre que connaitra la CDS de sa création à ce jour.

Rappelons que la première crise vécue par le parti au symbole de clé remonte à la veille de l’avènement de la 5èm République et avait opposé Mahamane Ousmane et Cheiffou Amadou, ce qui avait conduit le 2ème à quitter et à créer une nouvelle formation politique. De 2ème force de l’échiquier politique national aux élections démocratiques de février-mars 1993, le parti de Mahamane Ousmane dégringole à la 3ème place. Puis, en 2011, il eut l’affiche Abdou Labo contre Mahamane Ousmane pour le contrôle du parti qui s’est soldée par la victoire du 1er après une longue bataille judiciaire. De sa position de 3ème force politique, le CDS Rahama sous Abdou Labo affiche des résultats peu flatteurs et tombe dans le cercle des petites formations. Le parti qui a donné au Niger son premier président démocratiquement élu survivra-t-elle d’une 3ème crise ?

CDS RAHAMA

Oumarou Kané

15 mai 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique