Niger: les avocats des leaders de la société civile incarcérés déposent plainte

A propos de l’incarcération des acteurs de la société civile et de la politique de fermeté des dignitaires de la 7ème République : Par Dr Elisabeth SherifDes leaders de la société civile nigérienne sont détenus depuis plus d'un mois et demi. Au Niger, les avocats des leaders de la société civile emprisonnés depuis plus d'un mois et demi dans différentes prisons du pays, ont déposé une plainte pour détention arbitraire ce vendredi 11 mai. Dans une conférence de presse donnée à Niamey, ils ont aussi dénoncé le refus du parquet de ne pas donner suite à leur demande de dessaisissement du juge d'instruction.

La pression sur la société civile se poursuit au Niger. Plusieurs responsables d’organisations ont été arrêtés puis incarcérés à Filingué, Tillabéri, Ouallam ou Magaria, et certains sont derrière les barreaux depuis plus d'un mois et demi. Parmi les différents chefs d’inculpation figurent « organisation et participation à une manifestation interdite », « complicité de destruction de biens publics et privés » ou encore « appel à un mouvement insurrectionnel ».

Leurs avocats s’étonnent de la lenteur de la procédure et dénoncent une instruction au point mort. Ils ont également demandé le dessaisissement du juge d’instruction, estimant que ce dernier a fait preuve de partialité dès sa prise de fonction. Une demande qui leur a été refusée.

« Nous globalement, on considère que c’est toujours le statu quo, explique Maître Cissé Abdoussalam. Il n’y a eu aucune avancée dans ce dossier. Nous avons donc saisi le président du tribunal de grande instance hors classe de Niamey pour que le juge soit dessaisi de ce dossier. Nous avons fait la demande, mais cela nous a été refusé. Plus grave, c’est que ce n’est même pas le président qui nous répond, c’est le procureur qui doit lui transmettre [la demande] qui refuse de le faire. Il s’arroge carrément les prérogatives du président du tribunal, en nous opposant un refus catégorique. »

Dans l’espoir de faire avancer une procédure qu’ils jugent biaisée, les avocats des leaders de la société civile, dont Maître Cissé Abdoussalam fait partie, ont décidé de déposer plainte pour détention arbitraire.

« Nous sommes des avocats. Nous n’avons pas d’autres voies que des voies légales. Nous restons légalistes et c’est pour cela que nous avons jugé utile de déposer une plainte contre X au niveau du parquet de l’instance de Niamey pour détention arbitraire de nos clients. On a dit contre X, pour que ça puisse toucher tous les intervenants dans toute cette chaîne-là, tous ceux qui sont de près ou de loin liés à ces détentions qui ne se justifient pas. »

13 mai 2018
Source : http://www.rfi.fr/afrique/20180512-niger-

Imprimer E-mail

Politique