Succession ANDP : Vers la recherche d’un consensus ?

Succession ANDPLe feuilleton de la succession de feu Moussa Djermakoye à la tête de l’ANDP Zaman Lahiya continue avec ses différents rebondissements.
Après le référé du 13 Mars annulant la convocation par la présidence intérimaire du Congrès extraordinaire du 13 avril, c’est au tour du Bureau politique National de l’ANDP d’annuler le congrès prévu le 28 Avril.

Un deuxième référé en date du 11 avril devait par ailleurs annuler la convocation du Congrès extraordinaire prévu se tenir le 6 Mai 2018. Et c’est contre ce référé que le bureau provisoire vient à nouveau interjeter appel, Les débats ayant eu lieu le 25 Avril, le délibéré est attendu le 16 Mai prochain.

Face à cette polémique stérile ou guerre des Chefs, qui risque de faire imploser le parti, les femmes leaders du parti du consensus ont décidé d’entreprendre une mission de bons offices auprès de différents acteurs antagoniques pour en quelque sorte accorder les violons et amener les uns et les autres à mettre au-devant la survie du parti. D’autant que des rumeurs de dissensions commencent à se manifester. Mais nous n’en sommes pas encore là car, après avoir rencontré séparément les différents acteurs en conflit qui ont chacun salué l’initiative et donné leur accord de principe pour cette concertation, on attend incessamment la réunion qui va être convoquée à cet effet et qui permettra une reprise du dialogue.

Pour mémoire, il faut se rappeler que le bureau provisoire dirigé par le fameux homme d’affaires Dan Digé a curieusement pris le parti pour barrer la route de la Présidence du Parti au général en retraite Mounkaila Issa qui apparait aujourd’hui comme le favori des militants de base. Pour ce faire, Dan Digé ne s’emballe pas à manifester publiquement son soutien à l’actuel Ministre des Mines Moussa Barazé, également candidat à la succession en dépit de son rôle d’arbitre de la compétition que lui confère son statut de président du bureau intérimaire.

Quant au troisième concurrent dans la course Seyni Ali Gado, personne ne semble accorder de crédit à sa candidature en lui accordant quelques chances.

Comme on peut le constater la guerre des tranchées animée par l’opérateur économique parlementaire Dan Digé, menace gravement l’existence même d’un parti qui fut il n’y a pas longtemps l’une des principales formations politiques du Niger avec un leader charismatique dont la renommée dépassait nos frontière. Faut-il laisser des intérêts personnels prendre le dessus sur les espoirs d’une partie de la communauté nationale ?

1er mai 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique