Point de presse du Ministre de la Santé Publique sur la méningite : La situation est sous contrôle

Point de presse du Ministre de la Santé Publique sur la méningite : La situation est sous contrôleLe Ministre de la Santé Publique, Docteur Idi Illiassou MaïnassaraLe 16 avril 2018, le Ministre de la Santé Publique, Docteur Idi Illiassou Maïnassara, a animé un point de presse. Au centre de celui-ci, une préoccupation nationale, à savoir la situation de la méningite au Niger

Pour le docteur Idi Illiassou Maïnassara, il s'agit de faire le point de la situation sanitaire du pays portée principalement sur la méningite qui menace le Niger en cette période de forte chaleur. Le Ministre a indiqué que pour réduire les risques de survenue des épidémies, son département ministériel a pris comme d'habitude les dispositions appropriées. C'est notamment le renforcement de la surveillance dans tous les centres de santé ; l'élaboration d'un plan d'action national de riposte ; le positionnement de médicaments, consommables dans toutes les régions et tous les districts sanitaires du pays ; la mise en place d'un stock de tampon de vaccin contre la méningite ; et l'élaboration d'un plan de communication à l'endroit de la population.

S'agissant de la situation de la méningite, le Ministre a brossé la situation ainsi qu'il suit : A la date du 16 avril 2018, quatre districts sanitaires ont atteint le seuil d'alerte. Il s'agit des districts sanitaires de Madarounfa, Aguié, Keita et Zinder commune. On dénombre aussi des centres de santé intégré (CSI) qui ont franchi le seuil épidémique. Ce sont les CSI de Dan Issa à Madarounfa (région de Maradi), Fararatt à Keita et Déoulé à Bouza (région de Tahoua). Les germes identifiés sont les méningocoques C, X et le pneumocoque. Selon le Ministre, d'autres cas sporadiques sont enregistrés sans atteindre le seuil d'alerte ou le seuil épidémique.

Pour faire face à cette situation décrite ci-dessus, le Ministère de la Santé Publique a pris les mesures suivantes : traitement gratuit de tous les malades dans les centres de santé ; campagne de vaccination dans les aires de santé en épidémie afin de stopper la propagation de la maladie (cette vaccination concerne les personnes âgées de 2 à 29 ans) ; disponibilité des stocks de médicaments au niveau de toutes les formations sanitaires ; actions de sensibilisation sur la maladie en direction des populations ; et tenue régulière du comité national et des comités régionaux de gestion des épidémies pour faire le point de la situation réelle des maladies à déclaration obligatoire pour des prises de décisions idoines.

Ainsi donc, toutes les dispositions ont été prises pour faire face à une éventuelle épidémie de méningite qui, ces derniers temps, a fait des ravages.

Aussi, le Ministre Idi Illiassou Maïnassara lance-t-il un appel à l'endroit de la population de se référer au centre de santé le plus proche dès l'apparition des signes de la maladie afin de bénéficier le plus rapidement d'un traitement gratuit. Ces signes sont : une forte fièvre qui survient brutalement, des maux de tête, des vomissements, une raideur de la nuque chez les personnes âgées de plus d'un an. En plus de signes ainsi énumérés, chez les nourrissons, on peut observer une fontanelle bombée, des convulsions, des pleurs, un refus de téter, une nuque molle, et parfois des tâches sur le corps.

Oumarou Kané

18 avril 2018
Source: La Nation

Imprimer E-mail

Politique