SIM Aminchi 0range

13ème Edition de la rencontre Inter Organisation des jeunes chambres internationales universitaires de l’Afrique de l’Ouest : Une plateforme d’échange et de partage entre les jeunes issus de huit (8) pays de l’Afrique de l’Ouest

Le président de la délégation spéciale de la Ville de Niamey, M. Moctar Mamoudou a présidé, le 3 avril dernier au Palais des Congrès de Niamey, l’ouverture des travaux de la 13èmerencontre Inter Organisation Universitaire de l’Afrique de l’Ouestdénommée (RIO). Placée sous le thème « paix, sécurité, migration irrégulière et entreprenariat », cette rencontre se veut une véritable plateforme d’échange et de partage entre les jeunes chambres internationales venues du Benin, du Burkina Faso, du Mali, de la Guinée Conakry, du Sénégal, du Togo, de la Cote d’Ivoire et du pays hôte qu’est le Niger.

La Jeune Chambre Internationale est une communauté mondiale de jeunes citoyens actifs et volontaires qui a pour mission d’offrir aux jeunes des opportunités de développement qui leur permettront de créer des changements positifs au sein de leurs communautés. En ouvrant les travaux de la rencontre inter organisation (RIO 2018), le président de la délégation spéciale de la Ville de Niamey a relevé qu’à l’instar de toutes les capitales des pays de l’Afrique de l’Ouest, la capitale du Niger est préoccupée par l’avenir de sa jeunesse, surtout quand on sait que la jeunesse constitue la plus importante frange de la population. « C’est donc avec fierté que nous accompagnons la jeune chambre internationale Niger, dans la réalisation de cette importante rencontre des jeunes », a souligné M. Moctar Mamoudou avant de préciser que les autorités nigériennes accordent une attention particulière à l’émergence de la jeunesse ainsi que le témoigne la création du Ministère de l’Entreprenariat des jeunes et la nomination de plusieurs jeunes à des hautes responsabilités de l’Etat.

C’est dire que les objectifs de la RIO Niamey 2018 sont en adéquation avec les préoccupations du moment. En plus, le gouvernement du Niger s’attèle à créer les conditions nécessaires à l’épanouissement de la jeunesse et lui assurer un avenir meilleur. M. Moctar

Mamoudou devait ensuite rendre un hommage à ces jeunes citoyens actifs qui consacrent leur temps à montrer l’exemple aux autres jeunes à travers des actions citoyennes. Pour sa part,

le Vice-président exécutif national de la Chambre Internationale du Niger, M. Abdoul-wahib Daoura a indiqué qu’à travers le thème retenu cette année, la jeunesse JIC de l’Afrique de l’ouest entend promouvoir les idéaux de paix, le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine, la solidarité entre les générations et la promotion de l’emploi des jeunes.

En effet, aujourd’hui la population mondiale est composée des jeunes filles et garçons de 15 à 24 ans dont le nombre est de plus d’un milliard de personnes. Et la grande majorité se trouve dans les pays en développement. Malgré les avancées réalisées dans l’accomplissement des objectifs pour le développement, de nombreux jeunes vivent dans les zones où la pauvreté reste encore un défi majeur. Ces jeunes, a dit M. Abdoul-wahib Daoura sont parfois menacés par des conditions de vie extrêmes tels que la pauvreté et le manque d’emploi qui touchent aujourd’hui l’écrasante majorité des jeunes. Les opportunités et les perspectives de développement socioéconomique qui leur sont ouvertes sont donc limitées. Les jeunes sont mus par des idéaux de paix, d’amitié et d’ouverture.

« Ils sont souvent plus tolérants que leurs ainés ; ils débordent d’énergie et sont plus créatifs et promptes à l’innovation. Les jeunes constituent aujourd’hui la meilleure réponse pour le développement lorsqu’ils sont bien encadrés et soutenus ; lorsqu’ils se mobilisent, ils constituent une véritable force de changement. Par contre quand ils sont délaissés, ils deviennent vulnérables et faciles a être détournés par les trafiquants vers les risques tels que le terrorisme ; la drogue ; la prostitution et la traite des personnes. C’est dire que les gouvernants ont la lourde responsabilité de protéger les jeunes pour en faire des hommes de demain. En outre, investir dans la jeunesse, c’est aussi investir dans l’avenir », a fait remarquer M. Abdoul-wahib Daoura.

Hassane Daouda(onep)

10 avril 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique