SIM Aminchi 0range

Ouverture à Niamey par le Chef de l’Etat, de la Conférence de haut niveau sur «Islam et modernisation sociale» : Les valeurs fondamentales de l’Islam, comme facteur de renaissance culturelle

Ouverture à Niamey par le Chef de l’Etat, de la Conférence de haut niveau sur «Islam et modernisation sociale» : Les valeurs fondamentales de l’Islam, comme facteur de renaissance culturelle Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou a présidé hier au palais des Congrès de Niamey, l’ouverture de la conférence de haut niveau sur la renaissance culturelle dont le thème porte sur « Islam et modernisation sociale : expérience de l’Emirat de Kano ». La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Birgi Rafini, de l’Emir de Kano, Son Altesse Muhammad Sanusi II, des représentants des institutions de la République, des députés nationaux, des membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique et des organisations internationales accréditées au Niger et des plusieurs autres hautes personnalités.

Cette conférence est organisée par le gouvernement nigérien à travers le ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale. Pour rappel, la renaissance culturelle constitue un des axes du Programme de Renaissance. Elle vise la modernisation sociale, la modernisation politique et la modernisation économique. L’objectif est de concevoir et mettre en œuvre un instrument de mobilisation collective en vue du développement social, politique et économique du Niger. En ouvrant les travaux, le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou a déclaré que la renaissance du Niger est une ambition pour moderniser le Niger aux plans social, politique et économique. Il s’agit pour le gouvernement de développer une approche d’appropriation par les citoyens des principes et des valeurs socioculturelles fondamentales endogènes et exogènes axées sur le progrès.

Auparavant, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed a rappelé que les populations du Niger et du Nigéria partagent les pratiques religieuses de l’Islam. A travers un bref historique sur l’introduction de l’Islam au Niger qui a débuté depuis le 7ème siècle, mais le processus de l’islamisation va s’accélérer plus tard pour connaitre une grande croissance à partir du 19ème siècle. Pour le ministre d’Etat, la renaissance culturelle peut tirer de l’Islam beaucoup de ressources, d’avantages et de valeurs qui peuvent faire progresser la société nigérienne. M. Bazoum Mohamed a relevé que le développement des moyens de communication ces trois dernières décennies a incontestablement renforcé la pratique de l’Islam à travers des nouvelles habitudes vestimentaires chez les jeunes filles comme chez les femmes en général, et même chez les hommes. Il a noté également l’accroissement du nombre des mosquées et leur fréquentation ainsi que la fréquence des prêches publics et sur les médias audiovisuels. Par contre, estime le ministre, au Niger cela est accompagné de mœurs et de pratiques sociales conservatoires sous couvert de la religion et de l’obscurantisme avec de grandes conséquences sur le développement économique et social de notre pays. « Il y a la persistance et même le renforcement de certaines pratiques qui ne sont pas conformes à l’islam authentique » a déclaré le ministre d’Etat.

Pour sa Son Altesse l’Emir de Kano, Muhammadu Sanusi II a remercié le gouvernement du Niger pour avoir porté le choix sur l’Emirat de Kano comme exemple en matière de reformes pour la modernisation sociale. Il a souligné également la proximité de Kano avec le Niger, l’identité de culture et le fondement de ces réformes basées sur l’Islam, une religion commune aux deux peuples. L’Emir de Kano a évoqué la mauvaise interprétation par certains musulmans de certaines pratiques comme le mariage précoce, la polygamie, le partage de l’héritage, l’éducation des enfants et la responsabilité du chef des ménages. L’islam, a-t-il rappelé a tout ordonné dans le sens du développement. Il a ensuite salué le Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou, très engagé dans la lutte contre la dépravation des mœurs en initiant dans son programme de renaissance ce volet très important pour le développement du pays.

Dans son mot de bienvenue, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, M. Assoumana Mallam Issa a exprimé sa reconnaissance à l’Emir de Kano pour sa présence à cette conférence. «À travers l’organisation de cette conférence, nous voulons montrer comment l’Islam peut contribuer à la modernisation sociale, économique et politique de notre pays» a-t-il expliqué avant de préciser l’importance de l’engagement de nos chefs traditionnels et Oulémas dans l’information, l’éducation et de la communication pour un changement de comportement de nos compatriotes sur des questions de l’enseignement, la promotion de la femme, le mariage, la démographie et la scolarisation en particulier.

Seini Seydou Zakaria(onep)
10 avril 2018
Source : http://lesahel.org/

 

Imprimer E-mail

Politique